• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Nouvel an : 2014, l’autre année de l’incertitude!

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Depuis un certain temps en Haïti, le souhait d’une "bonne année" à l’approche du nouvel an, ne constitue qu’un geste réflexif, rien que pour montrer son attachement à la tradition. Mais indubitablement l’on sait pertinemment que la nouvelle année ne serait pas toujours certaine, à cause des chambardements socio-politiques et économiques qui hantent la nation, constate Haïti Press Network.

 

 

L’année dernière, à pareille heure, les Haïtiens s’apprêtaient à aborder 2013 comme l’année de toutes les incertitudes. L’on se rappelle du fameux accord politique signé le 24 décembre dernier entre l’Exécutif et le Législatif après une série de chicanes politiques.

Constat: 2013 s’est effectivement déroulée comme une ronde démoniaque avec des manifestations de rue par-ci et des revendications d’ouvriers pour le salaire minimum par-là. S’ajoute à cela, une crise politico-diplomatique née de la République dominicaine.

L’incertitude a donc tricoté dans tous les esprits, particulièrement depuis que les actes d’insécurités se sont accélérés à une vitesse vertigineuse à l’approche des fêtes de fin d’année.

Du premier cas relevé jusqu’à aujourd’hui, pas un jour ne s’est écoulé sans que des cas de personnes braquées et/ou tuées ne soient signalés à Port-au-Prince. Un Port-au-Prince qui se réveille chaque matin pour déplorer un acte de banditisme.

Le plus saumâtre, c’est que l’impression persiste que, rien n’est fait qui laisse au moins espérer une conjuration de ce phénomène. Pas même un diagnostic capable d’en saisir les complexes contours sociaux, politiques, économiques, voire culturels.

Le taux de chômage reste encore préoccupant, à tel point que ce terme devient incompréhensible dans le contexte haïtien. Aucune mesure concrète et visionnaire en faveur les familles vivant en dessous du seuil de la pauvreté. Les beaux discours sur le partage tardent à se concrétiser en mesures distributives.

Ceux qui disposent encore un emploi doivent se composer quotidiennement avec la précarité. Alors qu’en janvier 2013, il fallait en moyenne 40 gourdes pour un dollar américain, onze mois après il en faut 44 pour se procurer ce même billet. En clair, les salaires se sont dévalués.

C’est surtout au point de vue politique que l’incertitude règne en maîtresse. Depuis déjà plusieurs mois, l’organisation d’élections dans le pays reste toujours le point de mire de la nouvelle équipe dirigeante.

Chose certaine, c’est qu’à bien regarder la conjoncture, tout laisse conjecturer que la nouvelle année ne va changer la situation qui prévaut.

C’est en effet sur des notes plutôt tristes que l’année 2013 a décidé de tirer ses révérences. Des ressortissants haïtiens en République dominicaine sont acculés à des conditions dramatiques d’existence. La fameuse décision de la Cour constitutionnelle de l’État voisin complique encore davantage la situation, en choisissant de déchoir plus de 250 000 Dominicains d’origine haïtienne de leur nationalité.

Entre temps, d’autres Haïtiens continuent malgré tout, de faufiler illégalement vers l’île voisine pour fuir la situation socio-économique précaire en Haïti. C’est le cas ces derniers jours, de beaucoup de personnes du Plateau central, rapporte un correspondant de radio Caraïbe.

2013 s’en va avec ses maux. 2014 arrive avec le reflet de ceux-ci. Aussi l’invitation a-t-elle été lancée à tous, à mieux préparer leur danse pour entamer un 2014 qui s’annonce déjà difficile.

Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 390 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter