• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Société : Des enfants de rue exploités par des plus âgés

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 

À Port-au-Prince, des enfants âgés d’à peine 8 ans laissent le toit de leurs parents, généralement en difficultés socio-économiques, et atterrissent dans les rues de la capitale. S’y trouvant pour mener toutes sortes d’activités, ils sont exploités et maltraités par des plus âgés, constate un reporter de Haiti Press Network.

 

 

Sans espoir d’un lendemain meilleur, ces adolescents qui font de la rue leur demeure, se détruisent à petit feu. Ils sont exposés à la prostitution, la cigarette, la drogue et le vol.

Vladimir n’a que 9 ans. Il trime dans la rue depuis plus d’un an. Il vit dans l’oisiveté parmi un groupe d’autres enfants, dans le voisinage de l’emplacement où se trouvait jadis le cimetière de Pétion-Ville, au cœur de la commune de Pétion-Ville. Vladimir ne bénéficie pas ou n’a pas encore bénéficié du support de l’État dans le cadre de son programme de scolarisation gratuite pour les enfants de rue.

« Mon père est parti je ne sais où. Ma mère vend des cacahouètes grillées dans les rues. Nous habitons dans une chaumière non loin du morne Lazare. Trouver à manger est un véritable casse-tête », indique Vladimir à HPN.

Ce bambin, comme tant d’autres qui vivent dans des conditions modestes en Haïti, a donc fui sa famille en difficulté. Dans la rue, il se démène par tous les moyens pour avoir de quoi se nourrir. Quémander, essuyer des parebrises, voler des téléphones ou de l’argent dans les sacs des femmes et/ou dans les poches des hommes moins vigilants est devenu sa spécialité.

Mais il n’évolue pas seul. Vladimir fait partie d’un groupe d’enfants ayant à sa tête un chef de bande. « Notre chef Tizo nous met sous contrôle. Nous lui devons un compte-rendu à chaque instant. Tout ce que nous chipons, c’est à lui que nous le remettons. Même après avoir essuyé un nombre de parebrises. Ceux qui ne veulent pas sont passibles d’être battus par ce dernier», nous confie Vladimir, d’une voix enrouée, les yeux rouges.

D’un autre côté, Josma, 11 ans, membre de la même bande est assis tranquillement. Il écoute son collègue de rue s’exposer à un reporter de Haiti Press Network. Josma semble ne pas aimer la conversation.

« Voudriez-vous nous offrir à manger plutôt que de nous faire raconter notre misère? Il y en a bien d’autres qui ont la maîtrise complète du terrain que nous et qui ont déjà tissé pas mal de relations », affirme-t-il, un tube rempli de colle de cordonnier mélangée avec d’autres produits difficilement identifiables au nez. Lui et ses amis aspirent ce produit qui semble constituer une véritable drogue pour eux.

« Nous fonctionnons en groupe avec des anciens et expérimentés », ajoute Vladimir. « Ces grands nous exploitent et nous maltraitent, mais nous n’avons pas le choix », se résigne le petit.

Il y a des milliers de ces enfants qui se trouvent dans la rue dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. La vie de ceux-ci est très difficile. Obligés de rester dans la rue et d’y mener une vie qui les dépersonnalise, ils sont exposés à la loi des plus forts, la drogue, la prostitution et le vol.

 

Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 310 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter