• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Environnement : Un atelier pour faciliter l’accès à l’information environnementale

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

L’Institut Panos Caraïbes a organisé à Port-au-Prince, les 16 et 17 août, un atelier sur la "communication environnementale" à l’intention d’une trentaine de journalistes et membres d’associations qui évoluent dans le secteur de l’environnement, a observé l’agence Haïti Press Network.

 

Cet atelier de deux jours a été l’occasion pour les journalistes en particulier de se familiariser davantage avec différents concepts de l’environnement, tel la biodiversité, l’un des termes sur lesquels les initiateurs avaient mis l’accent.

« Cette formation, est une nouvelle opportunité pour moi, car à travers elle, j’apprends de nouvelles thématiques sur l’environnement. Et, les nouvelles connaissances que j’ai acquise vont susciter beaucoup plus d’intérêt chez moi pour traiter des sujets environnementaux », a témoigné Louiny Fontal, journal à la radio Minustah FM.

Comme Louiny, tous les autres journalistes venus, pour la plupart, de villes de province, ont témoigné de leur intérêt pour des sujets liés à l’environnement qui, ont-ils insisté, nécessite une attention particulière dans les nombreux dossiers qu’abordent les médias quotidiennement.

Par ailleurs, ils ont déploré que les propriétaires des organes de presse manifestent plus d’intérêt pour la politique.

« Il faut aussi sensibiliser les responsables des salles de nouvelles et même les patrons de presse sur ce sujet [très complexe] qui nous concerne tous afin qu’il y ait une plus large diffusion de l’information environnementale dans les médias », a souhaité un confrère de la capitale.

Conscients du niveau de la dégradation de l’environnement haïtien – avec une couverture forestière de moins de 4 % –, les responsables de l’Institut Panos Caraïbes croient plus urgent actuellement à sensibiliser les travailleurs de la presse sur le rôle qu’ils doivent jouer dans la protection de l’environnement du pays.

« Les médias ont une grande responsabilité dans la protection de l’environnement, Ils doivent contribuer à sensibiliser les citoyens. Les journalistes ont le droit d’informer les décideurs sur la dégradation de [notre] environnement », a fait savoir Cossy Roosevelt, responsable de programme à Panos.

Journaliste de profession et de formation, Cossy Roosevelt a regretté qu’ « il y a une carence de production journalistique dans le domaine de l’environnement dans les médias haïtiens ». Cette situation existe depuis de longues années…

Encourageant les jeunes journalistes à œuvrer dans ce domaine, Cossy Roosevelt a noté plusieurs raisons qui seraient à la base de peu d’information environnementale diffusée dans la presse.

À part le déboisement [anarchique], qui préoccupe plus d’un, la disparition constante de plusieurs espèces d’oiseaux, dans des localités précis, constitue aussi une menace pour l’environnement, a indiqué l’agronome Daphnée Charles, consultante à Panos.

Daphnée Charles, qui a fait une présentation sur la biodiversité et le changement climatique conjointement avec Indi Mclymont Lafayette, a appelé les participants à jouer leur partition dans la préservation des ressources susceptibles de protéger l’environnement du pays.

Lors des panels de discussions, les participants (journalistes et représentants d’associations et d’organisations) se sont engagés à travailler ensemble pour mieux informer la population haïtienne, notamment celle des zones à risque sur les mesures à prendre pour « sauver » leur environnement.

Cet atelier avait pour, entre autres, objectifs renforcer la capacité des organisations non gouvernementales dans l’élaboration de stratégies de communication et encourager le dialogue et le débat public autour de la biodiversité et les moyens de subsistance locaux dans le cadre des politiques nationales de reconstruction post séisme.

Mais, les organisateurs avaient jugé bon d’insérer dans l’agenda des thèmes ayant rapport avec la couverture médiatique et les stratégies communication capables d’atteindre les médias et la population.

L’Institut Panos Caraïbes, qui est une organisation non gouvernementale (mondiale), évolue dans quatre domaines : environnement, genre, santé et enfant. Cette organisation a déjà contribué à la formation d’un grand nombre de journalistes dans ses domaines d’intervention à travers le pays.

 

Sylvestre Fils Dorcilus

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 273 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter