Haïti: plus de deux millions de personnes menacées par la famine

Jeudi, 08 Août 2013 20:23 JNG/HPN Societe & Culture - Societe
Imprimer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

La sécurité alimentaire a considérablement baissé en Haïti au cours des dernières années selon l'ONG «Haïti au secours catholique Caritas France» qui a tiré la sonnette d'alarme sur les ondes de radio Vatican en français, cette semaine.



De  800.000 personnes souffrant de la faim en 2011, le nombre est passé à plus de deux millions cette année fait remarquer Violaine Dory,  responsable de la section haïtienne de Caritas France. Au total, 92 communes sur 140 sont touchées par cette famine qui gagne du terrain d'année en année.

Il s'agit de données compilées à la fois par les Nations unies, l'ONG «Haïti au secours» mais aussi par la Commission nationale sur la sécurité alimentaire (CNSA).

«Des interventions de la part du gouvernement, des agences et des ONGs touchant environ 700.000,00 bénéficiaires, ont eu lieu ; mais elles sont insuffisantes et doivent se poursuivre pour éviter que les communes touchées ne tombent dans la phase 4 de l’IPC, ce qui équivaudrait à une situation d’urgence humanitaire», avertit la CNSA dans une note de rappel publiée sur son site Internet.

Mercredi, le gouvernement et l'ONU ont lancé un appel d'urgence à la recherche de 100 millions de dollars d'aide humanitaire en faveur de 2 millions de personnes menacées par la faim, les maladies et les catastrophes naturelles.

Politique agricole?

De son coté, l'ONG catholique attribue cette aggravation de la sécurité alimentaire à une mauvaise politique agricole mais aussi à une piètre politique commerciale avec l'extérieur.

Mme Dory ne minimise pas toutefois les effets des cyclones Sandy et Isaac (2012) sur les récoltes et la production nationale. Si rien n'est fait en urgence, la situation pourrait empirer sou peu selon la Commission nationale sur la sécurité alimentaire.

«La baisse de la disponibilité alimentaire locale, combinée avec la hausse des prix des produits alimentaires importés, le riz et la farine en particulier, fait craindre une détérioration plus significative des conditions de sécurité alimentaire dans le pays.», prévient la CNSA dans son dernier bulletin «Haïti: les conditions de sécurité alimentaire» datant du 11 juillet dernier.

Les personnes vivant dans des camps (à la suite du séisme de 2010) et les paysans dépourvus de moyens et de terres agricoles sont les premières victimes de cette famine estime l'ONG catholique.