• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-ONU : Le chef de la Minustah répond à ceux qui demandent le départ de la mission du pays

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Dans une lettre de trois pages rendue publique, le mercredi 5 juin, le chef civil de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti, Nigel Fisher, a indiqué que les casques de l’Onu ne vont pas rester définitivement en Haïti, a pris connaissance Haïti Press Network.

 

« Je suis très vigilant aux appels exprimés par différents interlocuteurs haïtiens pour le retrait de la Minustah. Ce retrait a déjà commencé et va continuer », a dit Nigel Fisher

Le patron de la Minustah a fait savoir que « toutes les parties prenantes aimeraient voir ce processus de retrait mis en œuvre d’une manière ordonnée, comme le Premier ministre et le Sénat l’ont récemment dit, dans le meilleur intérêt d’Haïti et qu’il soit lié au développement d’institutions renforcées et à une sécurité améliorée pour les citoyens haïtiens ».

Nigel Fisher, en bon diplomate, a fait ces déclarations dans un contexte où plusieurs secteurs de la société haïtienne, entre autres, le Sénat de la République, mettent la pression, ces dernières semaines, pour exiger le départ du pays de la mission onusienne, présente sur le sol depuis 2004.

Le Sénat haïtien a adopté le 28 mai écoulé, sous la proposition du sénateur Moïse Jean-Charles, une résolution exigeant le départ de la force onusienne, dans un délai ne dépassant pas un an.

Dans la foulée, plusieurs associations et regroupements sociaux ont, à travers des manifestations de rue, réclamaient constamment le départ de la Minustah, considérée comme une force d’ « occupation » du pays.

« J’aimerais clarifier certains malentendus au sujet du statut actuel du déploiement de la Minustah en Haïti et concernant les plans pour l’avenir de la Mission. La Minustah a déjà enclenché la réduction de sa présence en Haïti », a écrit, dans sa lettre adressée [au peuple haïtien] le représentant spécial du secrétaire général a.i. de l’Onu, Nigel Fisher.

Selon M. Fisher, le budget de la mission a été réduit de 30 %, et 2,670 soldats ; 1,740 policiers ainsi que 543 membres du personnel civil de la Minustah ont déjà quitté le pays, au cours des deux dernières années.

Cela, a-t-il dit, est la preuve que la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti ne va pas rester [éternellement] dans le pays.

« Depuis février de l’année courante, le gouvernement d’Haïti et la Minustah ont initié des discussions au sujet d’un plan de consolidation pour le retrait de la mission qui entrevoit des réductions additionnelles significatives à l’avenir », a précisé le diplomate onusien.

Cependant, il a fait savoir que les discussions entamées avec le gouvernement haïtien – sur le départ de la mission – sont liées à des objectifs spécifiques et des indicateurs clés pour le développement des capacités et des effectifs de la Police nationale d’Haïti; le renforcement de l’État de droit et le respect pour les droits humains.

Ils ont aussi touché, lors des pourparlers, le raffermissement des mécanismes judiciaires et de contrôle; le développement des capacités électorales; le renforcement des capacités locales de gouvernance et le soutien à un dialogue inclusif.

« Le 20 mars, j’ai présenté un résumé de ce plan au Conseil de sécurité des Nations Unies », a fait savoir Nigel Fisher.

Il a poursuivit qu’ « en collaboration étroite avec le gouvernement, nous sommes à présent en train de raffiner ce plan afin d’assurer qu’il est réalisable et qu’il contient des indicateurs clairs pour le renforcement des institutions nationales et la réduction de la présence de la Minustah. »

« J’envisage avec plaisir la poursuite d’un dialogue transparent, direct et mutuellement respectueux sur ce plan entre le Parlement, les partis politiques, la société civile et la Minustah et faisant l’objet d’une couverture médiatique adhérant à la déontologie professionnelle », a promis Nigel Fisher.

Je m’engage, a-t-il conclu,  à continuer les consultations entamées entre le gouvernement d’Haïti et la Minustah au sujet du progrès de la mise en œuvre du plan et de l’éventuel retrait de la mission.

 

 

Sylvestre Fils Dorcilus

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Twitter : @hpnhaiti / @sfdorcilus

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 267 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter