• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Politique : Barrer la route aux handicapés intellectuels au pouvoir !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 19
MauvaisTrès bien 

 

Le député de Léogane, Me Danton Léger est sur le point de soumettre une proposition de loi au Parlement qui exige un ensemble de conditions intellectuelles que doit détenir un citoyen ou une citoyenne qui ambitionne de poser sa candidature pour un poste électif en Haïti.

 

 

« Définitivement, si cette proposition de loi trouve la bénédiction du pouvoir Législatif, le pays verra moins d’handicapés intellectuels brigués des postes électifs, comme cela est constaté depuis de nombreuses années en Haïti », croit un citoyen avisé qui opinait dans une camionnette sur la proposition de loi du député Danton Léger, par laquelle ce dernier entend combler le vide intellectuel qui constitue un handicap majeur au bon fonctionnement des espaces étatiques du pays.

Ce document déjà rendu public, empreint d’une sensibilité politique d'envergure devrait, selon des membres de la classe politique, être pris en compte par le Conseil électoral provisoire (CTCEP) en vue de renouveler cette classe politique traditionnelle où l’on fait fi des valeurs intellectuelles réelles.

De la présidence jusqu’au poste de CASEC, cette proposition de loi fait obligation à des exigences intellectuelles. Une loi qui veut barrer la route du pouvoir à ceux-là qui ne se donnent pas pour devoir de se former avant de devenir chefs.

Selon Me Danton Léger qui défend son document sur les ondes de radio Caraïbes ce jeudi, pour devenir président de la République, il faut être détenteur au moins d’un diplôme du niveau doctoral. Pour être sénateur et député, le niveau de maîtrise et de licence est une condition sine qua non. Un niveau classique frisant la philo est souhaitable pour tous ceux qui aspirent devenir ASEC, CASEC et Délégués de ville.

Me Léger dit être poussé par la nécessité d’élaborer cette loi, après avoir constaté un déficit intellectuel vertigineux au sein des institutions étatiques du pays. Ce, a-t-il dit, des plus hautes instances étatiques pour aboutir aux collectivités territoriales.

« Je pense que les dés sont jetés. Je sais que cette loi va faire couler des eaux sous les ponts. Mais nous avons pris notre responsabilité. D’ailleurs moi-même, je n’ai même pas encore détenu une maîtrise. Si je souhaite donc être chef à nouveau, je dois me rendre à l’école pour étudier », déclare-t-il.

L’homme de loi tient mordicus à ce que sa proposition de loi soit approuvée au Parlement afin d’éviter au pays à l’avenir, des chefs d’État venant de nulle part et des parlementaires « j’approuve » qui ignorent complètement leur rôle véritable au sein du palais législatif.

Le député Léger ne doute pas quant à sa lancée dans une telle aventure. Le support et l’aval de ses collègues députés et sénateurs lui semblent préalablement être une garantie pour avancer dans ce projet qui, indique-t-il, a déjà bénéficié de l’appui de divers acteurs de la classe politique.

« Je suis en mesure d’avouer et cela sans crainte d’en être désavoué que je trouverai un appui inconditionnel de mes collègues, pour pouvoir faire atterrir ce document », affirme-t-il, avant d’indiquer qu’il va maintenir la pression sur le Conseil électoral provisoire afin de faire insérer au moins le maximum d’articles possibles du document dans les pages de la loi électorale.

D’ailleurs, poursuit-il, c’est un décret électoral que le CEP va acheminer au Parlement qu’est l’instance, soutient-il, chargée de l’initiative des lois.

« C’est nous qui allons transformer le décret électoral en loi. Si nos idées n’y ont pas été prises en compte, nous les imposerons. Et, ce sera l’occasion pour nos compatriotes vivant en terre étrangère de jouir pleinement de leur droit civil et politique.

Interrogés à ce sujet, des observateurs se montrent toutefois très sceptiques quant à la validation de cette proposition de loi au Parlement où, disent-ils, des scorpions risquent de se piquer eux-mêmes s'ils parviendront à la voter.


Texte : Alix Laroche

Photo : Jean-Jacques Augustin

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 638 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter