• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Affaire Duvalier: Pour le respect de la décision de la Cour d’appel

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Vingt quatre heures après l’ordonnance de la Cour d’appel, demandant au ministère public d’emmener l’inculpé Jean-Claude Duvalier au tribunal pour y être entendu, des organisations de défense des droits humains appellent la justice à respecter cette décision, a appris Haiti Press Network.



Les organisations Human rights watch, Amnisty international, Réseau national de défense des droits humains, Collectif contre l’impunité et KOSYJID appellent, ce vendredi au cours d’une conférence de presse conjointe, le ministère public à exécuter le mandat d’emmener, ordonné par la Cour, contre l’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier.

« Il faut que le mandat d’emmener soit appliqué. Jean-Claude Duvalier doit être présenté le jeudi 28 février prochain au tribunal et la justice doit prendre toutes les mesures nécessaires pour l’empêcher de quitter le pays », plaide Béatrice Vaugrante, d’Amnisty international.

Déléguée par Amnesty pour venir assister à l’audience du 21 février de l’inculpé Jean-Claude Duvalier, Béatrice Vaugrante a renouvelé la volonté de cet organisme de défense des droits humains de continuer à accompagner les victimes du régime Duvalier dans leur lutte.

« Il faut que les victimes trouvent réparation et justice. Poursuivre un dictateur n’est pas facile certes, mais le cas de Jean-Claude Duvalier doit être un exemple dans le monde », dit Mme Vaugrante.

Le représentant de Human rights watch, Reed Brody, lui, salue la décision de la Cour d’appel de Port-au-Prince émettant un mandat d’emmener contre l’ancien dictateur Jean-Claude Duvalier.

« C’est une première victoire pour les victimes qui se battent pour trouver justice. Cette décision ouvre une brèche dans le mur de l’impunité qu’a construit Duvalier », indique Reed Brody.

Danièle Magloire et Raymond Davius, respectivement représentants du Collectif contre l’impunité et de KOSYJID, eux, émettent des doutes sur la capacité de l’appareil judiciaire pour faire exécuter l’ordonnance de la Cour d’appel.

« Il faut que la police aille chercher Duvalier et l’emmener au tribunal le jeudi 28 février. Les victimes doivent trouver justice », prône, pour sa part, Danièle Magloire.

Pour cette dernière, la décision prise par la Cour d’appel [jeudi 21 février] ne constitue pas une victoire, mais une avancée dans le dossier.

Raymond Davius, ancien militaire et victime de Duvalier, conseil aux juges de ne pas se laisser intimider par quiconque dans leur travail afin, dit-il, qu’une justice équitable soit rendu aux victimes qui sont encore prêts à témoigner devant le tribunal.

En audience du jeudi 21 février, la Cour d’appel de Port-au-Prince a ordonné au ministère public d’emmener l’inculpé Jean-Claude Duvalier au tribunal pour y être entendu.

L’ex-président à vie d’Haïti, Jean-Claude Duvalier (1971-1986) est accusé de crimes contre l'humanité et de détournement de fonds, de vols de biens publics et de corruption.


Texte et Photo : Sylvestre Fils Dorcilus
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Twitter : @hpnhaiti / @sfdorcilus

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 312 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter