• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Taxes sur salaires : Grognes des employés !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 7
MauvaisTrès bien 

Le gouvernement haïtien, pour l’exercice fiscal 2012-2013, a adopté une nouvelle mesure en vue de prélever une taxe de 2 % sur la masse salariale des employés des institutions publiques et privées ainsi que ceux des ONGs ayant des contribuables. Une décision qui a suscité la colère chez beaucoup de citoyens.

 

Alors que la gestion… [financière] du gouvernement Martelly/Lamothe est critiquée par plusieurs secteurs de la société, les dirigeants ont pris l’initiative d’augmenter l’assiette fiscale pour financer de nombreux programmes.

 

« Qu’est-ce que l’État va faire des taxes prélevées sur les salaires des citoyens? », se questionne Michel*, qui travaille dans un laboratoire pharmaceutique, à Port-au-Prince.

 

Ce chimiste, en qualifiant de « brutale » cette taxe sur les salariales, a estimé que l’État n’a offert aucun avantage social à la population pour pouvoir augmenter les taxes.

 

« Nous vivons dans un pays où les contribuables ne bénéficient d'aucuns services sociaux, malgré leurs contributions au budget national », a déploré Michel.

 

Evelyne est caissière dans une banque commerciale de la capitale, elle n’a pas maché ses mots pour critiquer, elle aussi, cette décision du gouvernement.

 

« L’augmentation des taxes sur les employés aura des effets [négatifs] sur leur vie à cause du cout élevé de la vie », a-t-elle prévenu.

 

Jean qui, lui, est employé dans une institution publique, dénonce la nouvelle décision des autorités du gouvernement : « l’État prélève plus de 10 % sur le salaire global d’une grande majorité d’employés ».

 

Comme bon nombre d’employés interrogés par HPN, Jean a dit craindre qu'une telle mesure n’aggrave davantage les conditions de vie des citoyens qui, avec un maigre salaire, assurent la survie de leur famille.

 

La décision du gouvernement d’ajouter 2 % sur les taxes sur la masse salariale ne laisse pas indifférent des commentateurs politiques.

 

Le professeur à l’université Mozart Déroneth, qui intervenait dimanche à une émission de débats sur radio vision 2000, a, lui aussi, critiqué cette décision [unilatérale] du gouvernement de prélever des taxes sur les citoyens.

 

« Cette mesure, a-t-il indiqué, devrait faire partie d’un projet de loi à soumettre au Parlement pour être ratifié. Le gouvernement ne doit pas décider, à sa guise, de prendre des taxes sur les citoyens ».

 

La loi de finances 2012-2013, publiée le 1er octobre dans le journal officiel Le Moniteur, précisent en ses articles 3 et 4 que, des 2 % de taxes sur les employés, 1 % alimentera la Caisse d’assistance sociale (CAS) et 1 % se versera au fonds d’urgence, créé pour faire face aux catastrophes naturelles.

 

Sylvestre Fils Dorcilus

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Twitter : @sfdorcilus

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 270 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter