• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-intempéries: Haïti, pays de plus en plus fragile ! (Commentaire)

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 10
MauvaisTrès bien 

Haïti vit de catastrophes en catastrophes. Des malheurs continuent de fragiliser la majorité de sa population déjà pauvre. Des malheurs en série s’abattent sur le pays qui ne bénéficie d’aucun répit.



Le passage aux larges d’Haïti de l’ouragan Sandy a fait beaucoup plus de victimes en Haïti que dans n’importe autre pays se trouvant sur son passage direct. Sandy est venue ajouter aux malheurs et aux souffrances d’un peuple dont le quotidien es t cousu de douleurs.

En moins de dix ans, Haïti a connu des désastres à un rythme fou. 2004, la catastrophe de Mapou: plusieurs centaines de victimes. 2008, une série de tempêtes et d’ouragans : encore des centaines de pertes en vies humaines, sans oublier la dévastation de la ville des Gonaïves. Et puis pour aller vite, janvier 2010: le séisme catastrophique: plus de 250.000 morts. On croyait que c’était le dernier coup de colère de la nature contre ce malheureux pays. Mais non! Il y aura le choléra en 2011et ses plus de 7.500 victimes. Octobre 2012, Haïti vient de vivre de nouvelles dramatiques.

“Oh ciel qu’avons donc fait ? ou oublier de faire ?

Quelques jours de pluie ont fait une cinquantaine de victimes parmi les plus pauvres de nos compatriotes. Certains ont été emportés par les flots des rivières en crue. D’autres ont été ensevelis dans l’effondrement d’une masure, seul espoir d’une famille désespérée qui ne voulait pas abandonner ses pénates en dépit des consignes cent fois répétées.

C’est que le désespoir est réel dans ce pays. Et l’espoir qui fait que ce peuple rit et danse toujours même dans les moments les plus difficiles de son existence, l’espoir désormais s’en va. Il s’éloigne des rivages haïtiennes. Des jeunes tentent de s’enfuir à l’étranger par tous les moyens. D’autres partent dans l’alcool, la drogue et les mœurs.

Même ceux qui en apparence n’ont aucune raison de désespérer, se livrent à toutes sortes de déviances…

Ces trois jours de pluies jetées sur le pays par “Sandy” auront causé des pertes énormes à un pays qui ne possède rien, mais qui perd tout à chaque fois.

Pour les petits producteurs dont les fermes ont été ravagées, Sandy a enterré l’espoir d’une bonne récolte.

Pour le petit paysan qui a vu sa demeure partir dans les glissements de terrain, Sandy a emporté l’espoir de dormir sous un toit.

Pour le pêcheur dont le bateau est détruit par les vagues furieuses, il faudra tout recommencer. Sans doute.

Les intempéries d’octobre vont fragiliser davantage le pays et appauvrir un peu plus les couches les plus vulnérables  des quartiers surpeuplés des villes.

Pendant que les victimes de ces catastrophes attendent du simple concitoyen comme des dirigeants un geste de solidarité, il faudrait que les “bienfaiteurs” évitent de tirer profit de la détresse des populations sinistrées.

Car, quand chaque bouteille d’eau offerte aux gens frappés par le malheur fait l’objet d’une publicité politique, le geste n’a plus aucun sens. On ne donne pas. On cherche à s’enrichir sur la pauvreté des autres.

 

 

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 459 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter