Haïti-Justice : L’affaire Sanon- Sénatus, « un malentendu » selon le président Martelly

Jeudi, 04 Octobre 2012 12:57 JWL/HPN Nouvelles - Politique
Imprimer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Le Président Michel Martelly a qualifié de « malentendu » le conflit mettant aux prises le ministre de la justice Jean Renel Sanon et l’ancien commissaire du gouvernement Jean Renel Sénatus. Le Chef de l’état se demande pourquoi M. Sénatus a attendu sa révocation pour avancer de telles accusations, a constaté Haiti Press Network.



Il s’agit pour le Chef de l’état haïtien d’un malentendu éclaté dans le système judiciaire haïtien suite à la révocation de commissaire du gouvernement Jean Renel Sénatus. Ce dernier a accusé le ministre de la justice qui lui aurait ordonné  d’arrêter illégalement 36 opposants du pouvoir en place.

« Les choses se sont déroulées à mon insu, mais pour moi c’est un malentendu vu que les deux avaient l’habitude de coopérer ensemble », a indiqué le président Martelly tout en appelant les concernés  à faire preuve de sérénité dans ce dossier.

M. Martelly a regretté le fait que de telles dénonciations soient  faites après la révocation du commissaire du gouvernement. « Il aurait pu me contacter bien avant pour me demander si cette liste venait de moi », a-t-il dit.

Toutefois, le président dit qu’il aimerait prendre connaissance de cette liste que le commissaire du gouvernement a déjà remis à la commission de justice et de sécurité du Senat. «  J’aimerais voir cette liste. Si elle porte la signature du ministre de la justice, ce dernier aura à s’expliquer », a déclaré  le chef de l’état.

Le président de la république a fait ces déclarations en marge de sa participation à un forum gouvernemental sur les politiques publiques inclusives en matière de handicap où il répondait aux questions des journalistes sur des dossiers brûlants de l’actualité.

En ce qui concerne les rumeurs sur des possibles remaniements ministériels, le premier citoyen de la nation a déclaré qu’il n’y aura de remaniement que c'est nécessaire.

Réagissant sur la résolution prise par les sénateurs exigeant la retrait de trois membres« mal nommés »  au CSPJ dont le président Anel Alexis Joseph, le président Martelly a affirmé que l’exécutif devra aborder ce dossier le calme et la sereinité avant de parvenir à de vraies solutions.



Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.