• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Jean Renel Sénatus : « J’ai refusé d’exécuter des ordres illégaux du ministre de la justice »

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 38
MauvaisTrès bien 

Peu de temps après sa révocation, jeudi, à la tête du Parquet de Port-au-Prince, Me Jean Renel Sénatus a dénoncé son chef de tutelle, le ministre de la Justice, Jean Renel Sanon, qui lui aurait recommandé d’exécuter des ordres « illégaux… ».



« Le ministre de la justice m’a demandé de signer (de manière illégale) 36 mandats d’amener contre des personnes le jour de l’arrestation, à Delmas, des trois journalistes du Journal Le Nouvelliste. Il m’a dit de mettre comme motif : complot contre la sûreté intérieure de l’Etat et association de malfaiteurs. J’ai refusé d’exécuter cet ordre car je ne ferai pas ce que la loi ne m’autorise pas ».

Ainsi, l’ex-commissaire du gouvernement près le tribunal de Première instance de Port-au-Prince, Jean Renel Sénatus, qui intervenait vendredi au journal de 17 heures de radio Vision 2000, a accusé le garde des sceaux de la République, Jean Renel Sanon.

Pour Me Sénatus, son refus d’exécuter des ordres « illégaux… » de son supérieur hiérarchique serait à la base de sa révocation, jeudi. « Je ne peux pas exécuter des ordres d’une personne irrespectueuse ».

« Un ministre qui me demande de poser scellé sur un véhicule […], d’aller arrêter Me Mario Joseph dans son cabinet d’avocat. Je ne peux pas accepter ces genres de choses. Le ministre sait bien qu’il y a des choses qui ne relève pas de la compétence du commissaire du gouvernement », a indiqué, d’un ton rassurant, Jean Renel Sénatus.

Pourtant, le ministre Jean Renel Sanon avait précisé, dans la presse que le commissaire du gouvernement Jean Renel Sénatus a été démis de ses fonctions pour « insubordination » et « fautes administratives graves ».

Dans la foulée, Jean Renel Sénatus a dénoncé l’actuel président du Conseil électoral permanent (CEP), objet de vives contestations, Josué Pierre-Louis, un proche du président Michel Joseph Martelly.

« Vendredi matin, Josué Pierre-Louis m’a appelé pour me demander d’arrêter les avocats : Newton Saint-Juste et André Michel et d’envoyer le dossier au cabinet d’instruction en me disant si je fais cela je rendrais service à la première dame et au pouvoir. Une fois de plus j’avais refusé cet ordre de Josué Pierre-Louis ».

C’est Josué Pierre-Louis qui est à la base de toutes les « mauvaises » choses que fait le président Martelly, a accusé Jean Renel Sénatus.

Depuis la révocation de Me Sénatus à la tête du Parquet, deux remplaçants se sont déjà succédé à ce poste, en moins de 48 heures.


Sylvestre Fils Dorcilus
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 175 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter