• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-politique: les élections, c’est comme des ouragans…

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

En Haïti tout le monde le sait. Les élections ça fait des dégâts comme les ouragans.  Ce qui est frustrant c’est que le passage de ces intempéries, naturelles ou surnaturelles sont prévisibles. Et on dirait quoi qu’on fasse, les dommages sont inévitables en Haïti.

Le passage de la tempête tropicale Isaac sur le pays a été précédé d’une large campagne de communication du gouvernement en place, fort en la matière. Mais cela n’a pas suffi pour éviter les pertes en vies humaines.

Tout le monde a reconnu l’efficacité de la Protection civile et du système de gestion des risques et des désastres. Mais les pertes dans l’agriculture estimée à des milliards de gourdes, les destructions dans les foyers vulnérables et dans les camps où sont encore entassés des centaines de milliers de nos compatriotes, sont déplorables.

Pourquoi malgré la campagne médiatique, malgré toute la mobilisation nationale et internationale, le pays a beaucoup souffert des effets de la tempête? C’est que les infrastructures nationales sont malades et ne résistent pas au premier coup de vent et aux premières pluies.

Il en est de même pour les saisons électorales.  Depuis 1987, toutes les joutes électorales se sont terminées en affrontements sanglants et en déchirements pour le pays. En dépit de la prévisibilité de ces menaces, elles nous tombent toujours sur la tête.

La société nationale est unanime à reconnaitre le bien-fondé de l’initiative présidentielle, de convoquer, dans un souci de dialogue, les forces vives du pays. Belle campagne de communication! Des stations de radio et des chaînes de télévision retransmettent l’événement. Résultat: un dialogue de sourd. Chaque groupe reste sur sa position. Irréductible.

Cela doit vous rappeler les campagnes de sensibilisation pré-cyclonique sans effets sur les personnes les plus vulnérables, lesquelles refusent d’abandonner leurs positions (demeures), malgré l’imminence du danger.

La prochaine saison électorale haïtienne s’annonce chargée de menaces. Vents violents prévus à 2012 KM/H, pluies torrentielles, perspectives de glissements de terrain… Des vies et des biens sont en danger, mais personne ne veut prendre les mesures qu’il faut. Aucun parti ne veut faire le minimum de concession pour éviter la catastrophe.

Alors, à quoi sert un dialogue et des séances de discussions ?
Haïti est malade de ses hommes et de ses femmes politiques, tous des irréductibles. Le pays est malade de ses institutions trop faibles, mais aussi de ses dirigeants pas assez magnanimes pour accepter de sacrifier l’intérêt personnel ou de groupe pour sauver toute une nation dont l’existence est menacée à chaque période électorale.


 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 231 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter