• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-OCHA : "Haïti, pays le moins financé", selon Nigel Fisher

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Le coordonnateur de l’action humanitaire Nigel Fisher a déploré vendredi qu’Haïti est parmi l’un des pays le moins financé à travers l’appel consolidé. M Fisher a fait cette déclaration lors de l’atelier « révision à mi-parcours du CAP (Procédure d’Appel Global) 2012 ».

Le but poursuivi par cet atelier est de rencontrer les partenaires nationaux et internationaux en vue de faire le bilan sur les réalisations humanitaires de la mi-2012, et revoir les plans d’action et correctif sur la base des paramètres actuels, a fait savoir M. Fisher.

Bien que M. Fisher dénonce le faible financement de 15% achevé en ce moment, il indique que certains efforts ont été faits notamment en ce qui concerne l’épidémie de choléra dont le taux de mortalité qui est passée de 7% à 1.3%.

Il souligne aussi des succès avec la population dans les camps qui a chuté de 73%, et que 2/3 des 10 millions de mètre cube des débris ont été déblayés ou recyclés.

Selon Nigel Fisher dans certains domaines, la capacité de réponse aux urgences humanitaires a affaiblie, ce qui rend les conditions de vie dans les camps de plus en plus précaire.

Par ailleurs, M. Fisher annonce sa participation mardi dans un sommet à Genève pour expliquer les priorités de l’OCHA pour les 4 prochains mois en Haïti.

« Aujourd’hui, dans le 5ème mois de l’année 2012, la situation des financements humanitaires nous impose de faire des choix », a déclaré le coordonnateur de l’OCHA. En ce sens, M. Fisher dit espérer que cet atelier permettra aux différents partenaires de faire des choix importants, et définir des priorités pour savoir quels sont les projets les plus importants pour intervenir dans l’immédiat.

Pour sa part, le chef du cabinet du Premier ministre Dimitri Nau a affirmé  que le gouvernement veut que l’aide humanitaire contribue de façon à être plus efficace. Il explique que le sous-financement peut constituer comme un leitmotiv pour le gouvernement, pour lancer une dynamique des capacités de perception de l’Etat pour que celui-ci regagne sa souveraineté financière.

Toutefois, M. Nau reconnait que cette nouvelle situation n’implique pas que l’aide humanitaire n’est plus nécessaire, mais qu’il est indispensable de la rendre plus efficace du point de vue stratégique.

« Ce n’est pas une fatalité, le peuple haïtien a déjà fait preuve de sa résilience, de son courage, je suis sûr que le gouvernement et le peuple haïtien seront à la hauteur », a déclaré M. Nau.


 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 188 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter