• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Minustah-Viol: l’affaire Johnny Jean refait surface

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 9
MauvaisTrès bien 

Le conseil d’avocats assurant la défense du jeune Johnny Jean, violé le 28 juillet dernier par des casques bleus uruguayens de la mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), a, lors d’une conférence de presse vendredi, démenti les informations selon lesquelles la victime aurait fait silence sur le dossier.

 



Les avocats de Johnny Jean, ont lancé un appel solennel pour que le viol de groupe perpétré sur le mineur de 19 ans fasse l’objet de poursuites pénales comme prévu dans toutes les législations. Les avocats Gervais Charles, Fritz Dorziair, Michael J. Puglise et Ed Mager, ont estimé que la victime a droit à une indemnité pour tous les sévices et humiliations subis.

"Cette demande est d’autant justifiée que ce viol a reçu la plus large publicité en Haïti et à l’étranger", a martelé Me Gervais Charles, indiquant avoir pris la décision de rencontrer la presse autour de la question après avoir appris par voie de presse, la libération par la justice uruguayenne, des quatre soldats impliqués dans l’affaire.

Me Gervais Charles, l’homme de loi le plus influent au conseil qui assure la défense de l’adolescent a rappelé qu’aucune décision judiciaire n’est encore prononcée, en ce qui concerne le dossier accusant les quatre soldats du contingent uruguayens d’avoir violé et sodomisé le jeune haïtien de Port-Salut.

"L’annonce que ces quatre soldats ont été relâchés nous est parvenue par voie de presse et non du gouvernement haïtien ou de la Minustah. Le motif allégué vise à culpabiliser la victime en épargnant les bourreaux. Un tel développement n’était nullement prévisible et il est opportun de rappeler aux principaux acteurs leurs responsabilités", a poursuivi Gervais Charles.


Selon l’ancien Bâtonnier de l’ordre des avocats du Barreau de Port-au-Prince, l’immunité n’équivaut pas à l’impunité. La Minustah à laquelle étaient rattachés les soldats présumés coupables, le gouvernement de l’Uruguay, pays d’origine de ces soldats envoyés en Haïti et le gouvernement haïtien qui a octroyé l’immunité et qui ne saurait avaliser un crime aussi odieux sur un de ses ressortissants incapables de saisir les autorités répressives d’Haïti, doivent prendre leurs responsabilités.

"L’Uruguay a pour devoir d’initier à l’encontre de ces quatre soldats une action publique. Son gouvernement est tenu d’informer le gouvernement haïtien de toutes les étapes de la procédure", a précisé Me Charles.

La Minustah de son côté, a-t-il avancé, par le biais de l’Organisation des Nations unies, est tenue de porter le gouvernement uruguayen à poursuivre, de façon transparente, ces soldats qui, en leur qualité de personnes armées et en autorité, ont perverti leur mission.

Le gouvernement haïtien, a-t-il dit, a la grande responsabilité de voir à ce que ce crime ne reste pas impuni. « Il doit prendre fait et cause pour son ressortissant empêché d’exercer ses droits en Haïti à cause de l’immunité octroyée à la Minustah et à ses membres », a fait comprendre Me Gervais Charles.  

"La souillure infligée au mineur Johnny Jean est ressentie par tous les Haïtiens et seule une solution juste pourrait l’atténuer", a conclu Me Charles, indiquant au passage avoir généralement gagné la plupart des batailles auxquelles il s’est engagé.

Accompagné par ses parents à la conférence de presse, notamment sa mère Rose-Marie Jean, le jeune Johnny Jean a réclamé justice aux autorités concernées.


Texte et photo : Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 431 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter