Haïti: Le MOLEGHAF appuie toute manifestation pour le renversement de Martelly

Vendredi, 21 Mars 2014 06:38 RA/HPN Nouvelles - Politique
Imprimer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le Mouvement de Liberté, d’Egalité des Haïtiens et de la Fraternité (MOLEGHAF) manifeste sa solidarité à la grande mobilisation annoncé par le parti politique Fanmi Lavalas,  le 29 mars prochain à l’occasion de la célébration du 27e anniversaire de la Constitution du 29 mars.



Définitivement, l’administration Martelly  n’aura pas exercé tranquillement son mandat.

Selon Oxygène David, secrétaire général du MOLEGHAF, La situation socio-économique du pays devient très fragile compte tenu des malversations de l’équipe Tèt Kale. Face à cette conjoncture, l’heure a sonné pour mettre un terme aux dérives du pouvoir en place.

Le MOLEGHAF entend ainsi s’engager à éviter au pays le pire avec le gouvernement Martelly/Lamothe en organisant une mobilisation arc-en-ciel. Par cette initiative,  il compte sensibiliser la population en faisant du porte-à-porte et en organisant des "sit-in", a informé Monsieur David.

Le secrétaire général du MOLEGHAF a condamné les arrestations illégales de citoyens à l’île-à-Vache, exigeaient le respect de leurs droits. Cependant, l’équipe Tèt Kale ne cesse de faire des propagandes en vue d’amadouer la population croupissant dans une misère rose. Ainsi,  M. David, exige la libération immédiate de ces paisibles citoyens.

Le chef de file du MOLEGHAF invite, par ailleurs, la population à la désobéissance civile. Cette équipe, indique-t-il, baigne dans la corruption. « Cette disposition permettra de bousculer le chef de l’Etat et le contraindre à la démission dans les prochains jours ».

Dans cette optique, M. David informe que l’organisation s’engage à participer dans tous les mouvements de protestation visant à renverser l’équipe en place.

Villier Jean Marc, responsable des affaires sociales du MOLEGHAF, n’entend pas faire marche arrière dans sa lutte pour renverser le pouvoir. L’équipe en place n’a plus sa raison d’être à la Magistrature suprême de l’Etat. Celle-ci, déclare-t-il, a accédé à la tête de l’Etat suite à un coup d’Etat moderne.

RA/HPN