• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haiti-politique : Des organisations populaires réclament le départ de Martelly

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

Près d’une dizaine  d’organisations populaires se réclamant de l’opposition ont annoncé, mardi, une grande  manifestation le 30 septembre prochain pour dénoncer le pouvoir en place. Ces mouvements populaires, selon Oxygène  David, responsable du Mouvement pour la  Liberté, l’Egalité et la Fraternité pour tous les Haïtiens (MOLEGHAF), visent le départ du président Martelly  qui, dit-il, veut restaurer la dictature dans le pays.

Certaines branches de l’opposition ne croient pas, disent-ils, en la bonne foi du  président Martelly  qui a entamé, depuis plus deux semaine, une série de rencontres avec les leaders de l’opposition avec pour objectif de trouver  une issue à la crise politique que connait le pays.

« Cette démarche n’est qu’une manœuvre dilatoire visant à semer la confusion dans le camp de l’opposition politique », a critiqué, un des porte-paroles du regroupement, Oxygène David.

Selon ces militants politiques,  les déclarations fracassantes et  certains actes posés par le Chef de l’État contrastes avec son  discours  apaisant, invitant au dialogue.

Ils ont, entre autre, dénoncé  une campagne de persécution politique enclenchée par le pouvoir en place  à l’encontre de certains militants qui s'insurgent contre les dérives de l’actuel régime.

Aussi réclament-ils  la libération des frères Josué et Enol Florestal  ainsi que  Jean Robert Vincent   qu’ils considèrent comme des prisonniers politiques tout en exigeant la levée du mandant d’arrêt et l’interdiction de départ émis contre le jeune avocat et militant politique, Me André Michel

Selon le dirigeant du MOLEGHAF,  le président Martelly   est en train de transformer le pays en un "Narco-Etat" en choisissant de protéger les trafiquants de drogue.

Pour sa part, Joseph Thonny, membre de l’Organisation pour le progrès national (OPNA), croit que le gouvernement Martelly-Lamothe n'a rien fait  pour soulager la souffrance de la population. Il a critiqué les différents programmes sociaux du gouvernement qui, selon lui, ne visent qu’à exploiter le bas instinct de la population qui croupit dans la misère.

Plusieurs autres secteurs de l’opposition réclament  aussi le départ du président Martelly, s’il ne parvient pas à organiser les élections avant la fin de l’année 2013. Port-au-Prince va donc vibrer au rythme des manifestations de rue, ce 30 septembre, date marquant le coup d’État militaire sanglant qui a renversé du pouvoir, le président Jean Bertrand Aristide.

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 827 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter