• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Sécurité : Des bandits auraient profité de se faire passer pour des anciens militaires

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En conférence de presse, lundi 8 février, où HPN était présente, le directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH), Godson Orélus dit reconnaître le droit des anciens militaires démobilisés de faire passer leurs revendications. Cependant, indique-t-il, ils n’ont pas le droit de le faire avec des armes. Cette situation dangereuse, laisse comprendre le chef de la police, risque d’alimenter un climat d’insécurité dans le pays. Des individus mal intentionnés pourraient en profiter pour voler et faire du désordre.

 

 

« Je pense que la revendication des anciens militaires avec des armes à la main est très mauvaise. Une telle situation va créer une insécurité totale dans le pays. Des individus animés de mauvaise intention, pourraient en profiter pour voler et agresser des gens », prévient Godson Orélus, insistant au passage sur le droit des anciens soldats de l’ex-FAd’H de revendiquer avec respect à la manière de la population.

Réagissant sur le désordre et les actes de cambriolage qui s’étaient produits la semaine dernière à l’Arcahaie, notamment à Saint Médard où des hommes habillés en treillis militaires avaient cassé une banque, le commandant en chef de la police, dit ne disposer d’aucune information laissant croire que ces actes ont été l’œuvre d’anciens militaires. Toutefois, ils parlent de bandits armés.

« Je n’ai jusqu’à présent aucune preuve que le cambriolage a été un acte d’anciens militaires. Sauf que nous savons que nous avions affaire à des voleurs et des malfrats qui ont cassé une banque. Une enquête en cours nous permet déjà d’identifier quelques complices », a déclaré M. Orélus, indiquant que la population en sera informée sous peu des résultats de ladite enquête.

Selon le numéro 1 de la PNH, seule l’institution policière est habilitée à assurer la sécurité de la République pour l’instant. D’après lui, malgré le décret présidentiel, les Forces armées d’Haïti demeurent encore un corps non réactivé, privé de commandement et sans contrôle. Donc, conclut-il, manifester avec des armes, est susceptible de créer des confusions malheureuses.

Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Mise à jour le Jeudi, 11 Février 2016 10:29  

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 218 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter