• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Reconstruction : « Le centre-ville n’est plus d’utilité publique », selon Martelly

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

Le président haïtien Michel Joseph Martelly a laissé entendre lors d’une intervention mercredi à l’émission « Carrefour » sur Radio Méga, 1700 AM à Miami, que le centre-ville de Port-au-Prince n’est plus d’utilité publique annulant ainsi une décision prise par l’ex président René Préval en 2010.



Si le gouvernement Préval/Bellerive avait déclaré d’utilité publique le périmètre délimité par la rue des Césars au nord, la rue Saint-Honoré au sud, la rue Capois à l’est et à l’ouest par le rivage de la mer, par arrêté pris le 3 septembre 2010, le nouveau chef d’État haïtien, Michel J. Martelly voit les choses tout autrement.

Toutes les propriétés qui se trouvent dans cet espace susmentionné, ne sont plus sujettes à être utilisées par l’État pour édifier le nouveau centre-ville de Port-au-Prince, d’après ce qu’a fait savoir Michel Martelly.

« Les propriétaires de maison et/ou de terrain du centre-ville peuvent désormais avoir la tête bien reposée sur leurs épaules. Ils ne sont plus interdits à faire des constructions qui seront dictées par l’État », a rassuré le premier décideur de la nation haïtienne.

Il a précisé que les nouveaux dirigeants de l’État poseront aux propriétaires des conditions de construction et, si ces conditions ne pourront pas être respectées, ces derniers seront obligés de vendre leur propriété à un particulier qui soit en mesure de répondre aux exigences de l’État.

« Nous allons faire un zoning sur cet espace. Par exemple, nous dirons entre telle rue et telle rue, c’est un hôtel qu’il faut mettre dans l’intervalle, une maison de commerce etc…, mais les propriétés restent et demeurent celles de leurs propriétaires », a déclaré le président Martelly.

« Si le propriétaire ne peut pas faire ce que l’État exigerait, il pourrait faire des prêts à la banque ou vendre sa propriété », a conclu le numéro 1 de la République d’Haïti.

Pour justifier cette mesure d’État, rappelons-le, le gouvernement de Préval/Bellerive avait avancé la nécessité d’un nouvel aménagement du centre-ville suite au séisme du 12 janvier 2010 afin de réorganiser spatialement la région métropolitaine de Port-au-Prince.

L’arrêté avait souligné également l’obligation pour l’État de relocaliser les institutions publiques. En ce sens, il devait disposer de terrains suffisants pour réaliser cette relocalisation et le nouvel aménagement.

 



Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Miami, Florida

Mise à jour le Vendredi, 27 Avril 2012 07:36  

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 626 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter