• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Séisme: le commerce formel et informel délocalisé vers les hauteurs

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 7
MauvaisTrès bien 

Victime de son propre modèle architectural, qui s’est avéré techniquement dangereux, Port-au-Prince était dévasté par le violent séisme du 12 janvier 2010, qui a fait s’écrouler la ville comme un château de cartes. Conséquemment, un mouvement de délocalisation du commerce formel et informel vers les hauteurs est observé.

 



Deux ans après, le Centre-ville de Port-au-Prince est encore sous le choc de la catastrophe naturelle sans précédent du 12 janvier 2010. La capitale, notamment le bas de la ville, peine à se refaire une santé. Le centre commercial de Port-au-Prince tente difficilement de se remettre.

Il a suffi seulement 35 minuscules secondes le 12 janvier pour constater l’anéantissement de toute une ville et la paralysie d’un pays déjà souffrant d’une extrême pauvreté avec de fortes inégalités, des infrastructures fragiles et un coriace manque de protection civile.

Fortement touché par la secousse sismique, le bâtiment qui logeait l’ancien hôtel Nova Scotia à la Grand’ rue ne fait plus peur aux passants ainsi qu’aux automobilistes qui croyaient que cet établissement allait s’effondrer à n’importe quel moment de la durée, mais le bas de la ville ressemble encore à un endroit où il y avait eu une grande guerre.


Bon nombre de gens évoluant dans le commerce formel et informel du Centre-ville très touché par le séisme, se déploient en gradins et, de façon systématique, vers d’autres endroits jadis moins encombrants. Citons notamment la commune de Pétion-Ville, aujourd’hui transformée en une cité où la circulation de véhicules et piétonne devient quasiment impossible, a constaté Haïti Press Network.

La population augmente en densité. Une bonne partie des petits commerçants du bas de la ville se réfugient après le tremblement de terre dans la banlieue de Pétion-Ville, haute colline à 15 minutes à peine en voiture au Sud-Est de Port-au-Priince.

Une situation qui viendra compliquer davantage la vie de la mairesse de Pétion-Ville, Claire Lydie Parent qui n’a pas cessé de tenter, presque sans succès depuis quelques années, une éternelle chasse des marchandes dans le souci de décongestionner rues et trottoirs illégalement occupés par ces débrouillards de tous poils.

« Les affaires vont mieux ici. Avec l’affluence des personnes qui déferlent sur Pétion-Ville depuis, nous tirons beaucoup plus de profits dans notre activité commerciale. Les petits détaillants viennent faire des acquêts à longueur de journée », explique à HPN un boutiquier fonctionnant dans la commune.

À Pétion-Ville, il se produit quotidiennement et sans cesse, des scènes de déguerpissement de débrouillards par des agents de la mairie. Assistés de la Police nationale d’Haïti, ces agents tentent vainement de contraindre les marchandes « récalcitrantes » à dégager les rues et les trottoirs. Ce qui provoque très souvent des échauffourées entre agents municipaux et marchandes têtues.

« Même si les agents municipaux et la Police nous persécutent tous les jours, je me débrouille assez bien ici. Les marchandes les plus intelligentes mènent plutôt leurs activités à la tombée de la nuit dans le périmètre de l’ancien marché désaffecté », a, pour sa part, laissé entendre Paola, mère de trois enfants.

« Je n’ai pas les moyens d’avoir un bon commerce. Je ne peux donc pas avoir une patente légale me donnant droit à une place au marché sur la route de Frères », a-t-elle poursuivi, soulignant avoir chatouillé quotidiennement la vie qui ne lui sourit pas.

Les hauteurs de Pétion-Ville représentaient autrefois le lieu de prédilection sur la colline pour les gens de la capitale. Aujourd'hui la commune comme une banlieue où l’on peut trouver des restaurants, des supermarchés, des boutiques de luxe regorgent ausi de débrouillards circulant difficilement dans les rues comme au carnaval.

De l’avis de plus d’un, les conséquences du séisme du 12 janvier 2010, ont empiré la situation de la commune de Pétion-Ville.


Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Mise à jour le Mercredi, 11 Janvier 2012 16:37  

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 430 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter