• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-ONU : La Minustah, un mal nécessaire

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Déjà accusés d'avoir introduit le choléra en Haïti, des soldats de la Minustah sont maintenant impliqués dans une affaire de viol, la question du maintient de la force onusienne en Haïti fait débat dans la diaspora.


Depuis la divulgation sur Internet d’une vidéo montrant 4 casques bleus uruguayens en train de violer Johny Jean, un adolescent de Port-Salut (Sud d’Haïti), plusieurs Haïtiens vivant à l’étranger n’ont pas cessé de  réclamer le retrait total des forces onusiennes.


“Nous allons déposer une plainte aux Nations unies, à New-York, pour demander à Ban Ki-moon le départ d’Haïti des soldats de l’Onu”, ont déclaré à Haiti Press Network plusieurs compatriotes résidant aux Etats-Unis.


Ils exigent par ailleurs que ces militaires soupçonnés de viol soient jugés en Haïti.


« Nous voulons le retrait du contingent uruguayen dans son ensemble, car si quatre soldats peuvent le faire, tout le groupe est coupable», estime Emilie, infirmière à Boston.


«C´est quelque chose de honteux, les Nations unies doivent le reconnaître », ajoute-t-elle.


Tandis que pour d’autres Haïtiens, la présence des soldats déployés en Haïti depuis 2004 reste nécessaire. Car selon eux, ceci a sans doute empêché la répétition de coups d’état sanglants qui pourraient aggraver la situation actuelle.


"Nous avons de graves problèmes de sécurité. La Police nationale est sous-équipée en termes de moyens, de formation, nous avons d'énormes retards et cela doit être compensé par quelque chose et ce quelque chose ce sont pour l’instant ces casques bleus", avait déclaré à Port-au-Prince le Premier ministre haïtien.


“S’ils partent définitivement, les règlements de comptes armés entre gangs de trafiquants de drogue vont s’intensifier dans le pays. On a la police, et ça ne suffit pas. Il faut des forces d'interposition, des militaires,  pour empêcher les belligérants de s'entre-tuer”, affirme pour sa part un Haïtiano-américain sous couvert d’anonymat.


Depuis plusieurs années déjà, différentes affaires de corruption, de prostitution organisée, de pédophilie et de viols, entachent l’image des casques bleus et de leur administration civile et militaire à travers le monde.



 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

    Actuellement Sur HPN....

    Nous avons 223 invités en ligne


    Rechercher dans le site

    Facebook

    FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


    To receive HPN tweets on your mobile
    USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
    CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

     

    Follow hpnhaiti on Twitter