• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Économie: Carl Braun fait état des contraintes dans l’immobilier en Haïti

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

Lors de son intervention dans le cadre de la deuxième journée du forum sur les « états généraux de l’investissement en Haïti », le président du Conseil d’administration de la Unibank, M. Carl Braun a présenté la situation actuelle de l’offre dans le secteur bancaire. Il a également touché du doigt, la question de la dynamisation de l’offre de financement immobilier en Haïti, a constaté Haïti Press Network.

Carl Braun a présenté de façon succincte la situation de l’offre de crédit dans le secteur bancaire en Haïti.

Selon l’homme d’affaires, les prêts totaux au 31 mars 2011 s’élèvent à 32.88 milliards de gourdes, soit 817 millions de dollars américains (BRH 2011). Les prêts au logement représentent, au 31 mars 2011, 2.75 milliards de gourdes (68 millions de dollars américains), soit 8.3 % des prêts. Tandis que, a-t-il ajouté, les prêts à la consommation, dont une partie est liée au logement, représentent 4.47 milliards de gourdes, soit 111 millions de dollars, soit 13.6 % du crédit brut.

« Une estimation raisonnable et conservatrice : le secteur logement représente au 31 mars un peu plus de 10 % du crédit dans le secteur bancaire, soit environ 80 à 85 millions de dollars américains », a-t-il indiqué, déplorant au passage la désuétude du Code d’assurance en Haïti qui date de 1935.

Abordant la question du coût des transactions dans le pays, M. Braun dit avoir considéré les coûts très élevés des transactions telles que : les taxes, les hypothèques, les honoraires des notaires, les achats et ventes d’immeubles comme un « crime social ».

De l’avis du P-DG de la Unibank, à part les coûts de transaction élevés, la principale contrainte fiscale à l’investissement par le secteur formel dans l’immobilier résidentiel est l’existence du barème non incitatif, suranné et pénalisant de l’impôt locatif dit « Contribution Foncière des Propriétés Bâties » (1979).

Il a également souligné l’absence et/ou les faiblesses d’un cadre approprié pour la promotion immobilière dans le pays, tout en montrant la nécessité pour l’État haïtien de moderniser l’appareil légal qu’est la Justice qui, a-t-il dit, fait face à un déficit de bon fonctionnement.

Enfin, M. Braun a proposé 15 mesures pour lever les contraintes et stimuler le financement au logement, entre autres, le maintien d’une politique de stabilité macroéconomique, permettant ainsi d’offrir des taux d’intérêt variant entre 5 et 9% au logement, tout en gardant les termes actuels allant de 10 à 20 ans (les prêts subventionnés pour les couches à faibles revenus bénéficieraient de conditions différentes, pouvant aller jusqu’à 30 ans de terme).

Une deuxième mesure importante, a-t-il dit, c’est de prioriser l’utilisation du surplus des dépôts bancaires existant aujourd’hui pour le financement du logement, et ne pas compliquer la situation de surliquidité en injectant des fonds venant de l’extérieur –à moins que les fonds locaux deviennent insuffisants.

Selon Carl Braun, l’organisation des états généraux de l’investissement en Haïti est une bonne initiative, mais il souhaite la tenue des états généraux sectoriels, notamment sur la question immobilière en Haïti.

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 326 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter