• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Culture : Port-au-Prince n’a désormais droit qu’au carnaval des fleurs !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

Les préparatifs pour le déroulement du carnaval des fleurs fixé pour les 28, 29 et 30 juillet prochain, marchent lentement mais surement. Le Champ de Mars, lieu traditionnel où se déroulait le carnaval national, se prépare à accueillir en grande pompe, son deuxième carnaval des fleurs consécutif. De nombreux stands y sont déjà érigés à Jour J-5 du déroulement des festivités, a constaté un reporter de Haiti Press Network.

 

 

« Tow, tow, tow, tow…., grrrrr, grrrrr, grrrrr, grrrrr…., blow, blow, blow….», mêlés aux vrombissements des moteurs d’automobiles, ce sont entre autres, les bruits des marteaux et autres outillages servant à clouer et/ou à redresser bois et planches qui résonnent dans l’aire du Champ de Mars ces derniers jours. Un Champ de Mars où des gens font le va-et-vient certes, mais sans prêter attention aux activités carnavalesques en perspectives.

Ingénieurs, contremaîtres, charpentiers, peintres, et artistes s’activent à mettre fin aux travaux. Mais passants et curieux ne semblent pas avoir le cœur et l’esprit à la fête.

Chose certaine, c’est qu’en dépit de l’érection d’une quantité de stands sur une bonne partie de la rue Capois, le Champ de Mars n’affiche pas un air de fête, comparativement aux années antérieures en prélude au carnaval national, a observé Haiti Press Network.

« Des stands s’érigent au Champ de Mars au cœur d’un Port-au-Prince entouré de bidonville où des gens affamés croupissent quotidiennement dans la crasse et la misère noire. Quel pays ! », opine un citoyen avisé qui était en conversation avec un ami.

Beaucoup de gens estiment que le moment n’est pas propice à de telles activités festives, vu la situation socioéconomique difficile à laquelle le pays est confronté. Mais les autorités continuent de faire le sourd.

« Pour moi, un deuxième carnaval dans le pays est synonyme de gaspillage d’argent. Alors qu’il existe de nombreuses personnes qui ne savent quotidiennement à quel saint se vouer pour apaiser leur faim. Moi qui vous parle, j’ai tellement faim, je suis venu là juste pour voir si je pourrais toucher le cœur d’une quelconque âme sensible, afin de pouvoir gouter du sel », nous déclare Rosnel, l’air désespéré.

Même remarque pour ses deux amis Wang et Dieuseul qui jugent ce carnaval des fleurs comme une fête de trop dans le pays.

« Des stands coutant des milliers de dollars, estime Wang, s’élèvent au Champ de Mars pour disparaitre dans peu de temps. Alors, soutient-il, il y aurait pas mal de choses sérieuses à régler avec l’argent au profit du pays. »

« Mais enfin… Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, les choses restent telles quelles. C’est du temps perdu. La faim et le chômage d’un côté de la ville, le carnaval des fleurs d’un autre côté. Qu’on le veuille ou non, la vie continue ainsi dans l’indifférence des uns et des autres.», martèle Dieuseul anxieux.

Rappelons qu’un groupe de citoyens dont des écrivains et des artistes de renoms, avaient récemment élevé la voix via une pétition, pour exiger du gouvernement de choisir une autre date pour remplacer celle du 28 juillet qui marque historiquement, le premier débarquement de l’armée américaine sur le territoire national. Cependant, jusqu’à présent, aucune suite n’a été donnée à cette démarche citoyenne.


Texte et photo : Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 271 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter