• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haiti-livre: 1er Salon National du Livre à Jacmel, un grand pas vers la decentralisation du pays

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 15
MauvaisTrès bien 

Organisée pour la première fois en Haïti par les Presses Nationales d’Haïti, une institution publique jouxtant  le journal officiel, Le Moniteur, l’imprimerie d’Etat et une maison d’édition, la première édition du Salon National du Livre s’est déroulée du  dimanche 29 Avril  au mardi 1er mai 2012 dans l’ambiance enchanteresse du port touristique de Jacmel.

 


Pour les trois jours du salon, le port de la ville a été offert par la ministre du tourisme, Stéphanie Villedrouin et réaménagé en la circonstance aux frais des PNDH par l’architecte Raphaëlle Villedrouin sur une proposition artistique du plasticien Philippe Dodard.


La première édition du Salon National du Livre, conçue  par les Presses Nationales d’Haïti, peut servir d’indicateur culturel important pour écrivains, éditeurs, artistes, universitaires, écoliers, étudiants, abonnés au monde du savoir. Voilà comment on peut résumer les propos du délégué du sud-est Pierre Michel Lafontant. Le maire de Jacmel, s’est dit prêt à soutenir  les projets liés des communes et des régions.


Dès l’ouverture du Salon, le président de cet évènement  Pierre Robert Auguste, Directeur Général  des Presses Nationales d’Haïti, a expliqué à la presse et au public l’intérêt d’une telle activité littéraire, intellectuelle et commerciale. Il a placé le salon dans le contexte de la décentralisation et de la promotion de l’écrit. Une telle entreprise entre dans la démarche  de la démocratisation du savoir, chère au Président de la République, M  Joseph Michel Martelly qui fait de l’éducation et de la culture les pylônes de son quinquennat.

Cette fête du Livre, effort conjugué entre quatorze éditeurs, une maison de distribution (Communication Plus), une cinquantaine d’écrivains et la direction des Presses Nationales d’Haïti,- via les secteurs privé et public-, a  débuté timidement le jour de l’inauguration et  a connu un  soudain et fulgurant succès, les deux autres jours. Ecoliers, étudiants, riverains de Jacmel et du Sud-est se sont  manifestés au port touristique de la ville mythique de Roussan Camille. Question de s’approvisionner en titres, d’établir des échanges passionnants avec auteurs, éditeurs sur place.


Parmi les ateliers et séminaires prévus, celui du professeur Hérold Toussaint, réalisé le deuxième jour  et  consacré aux méthodes de préparation des travaux académiques, a eu un réel écho auprès des participants. Le Professeur Hérard Jadotte pour sa part, a parlé le troisième jour des métiers du livre. Il  est resté debout pendant deux heures pour un exposé imposant sur les différentes professions reliées à la chaîne du livre. Lors de son intervention assez didactique, M  Jadotte a pris le soin de faire l’historique du livre qui remonte selon lui aux antiquités mésopotamiennes et égyptiennes pour prendre son essor avec Gutenberg, l’ancêtre de l’imprimerie moderne.


L’immense poète haïtien Georges Castera, a participé à un débat sur la poétique créole, où il a été interrogé par le critique et poète, Gary Augustin. Les écrivains Yanick Lahens et Laënnec Hurbon ont fait une longue radiographie de l’Haïti post-séisme lors du débat intitulé : « Culture et reconstruction en Haïti ».


L’assistance a découvert un jeune talent: Rosematrie François, élève de la 7e de l’école Hosanna. Elle sera récompensée d’une bourse d’études que lui accordera la direction générale des Presses Nationale d’Haïti.


L’herboriste Berthony Jean-Charles a prononcé une conférence relative aux propriétés des plantes en Haïti. Le tradi-praticien a évoqué avec force le plaisir des plantes médicinales pour la santé.


La soirée de gala s’est faite le soir du lundi 30 avril à la salle principale du salon dans une atmosphère électrique, marquée par des performances chorégraphiques de deux troupes de danse de Jacmel (Troupe Explosion et la Troupe des jeunes filles du lycée Célie Lamour, qui ont ramené les spectateurs au chemin envoûtant des danses nationales .Avec Un récital de poèmes en cadeau.


Le discours du directeur des Presses Nationales, M Pierre Robert Auguste, a pratiquement ouvert la deuxième phase du gala axée sur la production littéraire nationale, la valorisation du travail intellectuel, le renforcement  des choses de l’esprit dans le pays.


Le maître de cérémonie, le poète Iléus Papillon a invité le chercheur et intellectuel jacmélien de renom, Laënnec  Hurbon, à s’exprimer. M. Hurbon a évoqué les valeurs et traditions intellectuelles de sa ville natale pour saluer l’initiative  juste des Presses Nationales d’Haïti de faire un salon itinérant à l’échelle des départements géographiques du pays, donnant un contenu réel à la décentralisation.


Dans un long moment d’attente, Iléus Papillon, après l’énumération des considérants des Presses Nationales d’Haïti, a rendu public le nom du premier lauréat du Grand Prix National des Lettres, doté d’un million de gourdes : Frankétienne. Ce géant de la littérature haïtienne a intercepté avec un large sourire son diplôme d’honneur, son  trophée. Ce  phénoménal créateur que certains mettent sur même plan que Césaire et Glissant, dans son discours de circonstance, a fait preuve de modestie et de brillante éloquence.


La romancière et critique universitaire, Yanick Lahens, invitée d’honneur du salon, a appuyé l’idée du salon rotatif et a plaidé en faveur du projet de salons régionaux. L’auteure  de « La couleur de l’aube »et de «  Failles »pense que certaines lueurs d’espoir peuvent jaillir dans de telles rencontres qui tentent de redonner la vie aux communes et aux départements du pays.


Le maire  de Jacmel, M Ronald Andris a remercié vivement les  Presses Nationales d’Haïti pour ce salon inscrit dans l’esprit de la décentralisation et du progrès socioculturel.


A la soirée de gala, la Compagnie Haïtienne d’Art Dramatique (CHAD) a charmé l’assistance dans la représentation de la pièce ’’Hantise’’, une adaptation du recueil « Obsession » de l’écrivain-poète Christophe Charles. Le public a chaudement applaudi la prestation de ce jeune groupe artistique. Michaelle Craan et Johanne Raton de l’Office du tourisme de Jacmel ont rehaussé l’éclat de la soirée.

Ce salon a permis à des écrivains du Sud-est d’échanger longuement sur la forte inscription des auteurs et penseurs jacméliens  dans la littérature haïtienne. Un débat a réuni  le mardi 1er  deux écrivains jacméliens de la nouvelle génération autour de cette thématique : le poète Carlo Mégie et la romancière Elizabeth Jolicoeur. Les écrivains  comme  Georges Greffin, Michelet Divers, Bettina Perona ont suivi certaines rencontres du salon.


La cité des Metellus, des Depestre, des Morovia, connue pour son « carnaval national », son artisanat, sa peinture avait  répondu oui au salon.


Ben Bartavelle

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 216 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter