A l'occasion de la journée mondiale du Tourisme placée cette année sous le thème « Tourisme et Développement rural », le (GARTH) se positionne sur la nécessité de lier le tourisme au développement rural en Haïti et s’interroge sur la nécessité de rendre efficiente cette liaison porteuse d’espoir tant sur le plan économique et social.

 

La crise sanitaire provoquée par la COVID-19 entrave et frappe de plein fouet le secteur touristique mondial. Plus de 100 à 200 millions d’emplois directs ou indirects du secteur touristique sont menacés, relate l’Organisation Mondiale du Tourisme.

 

En Haïti, dit le GARTH, lier le Tourisme au développement rural devient de plus en plus pertinent et actuelle. Cette liaison permet de voir dans le rural une potentialité touristique, une destination et un espace géographique interne à aborder, à apprécier dans sa diversité et dans sa particularité culturelle.

 

Pour ce faire, un plan d'implémentation et de communication touristique adéquat est nécessaire pour répondre à la question du comment. Un autre marketing touristique rural doit intervenir pour reconstruire ou reconsidérer l’image du rural, et exposer ses potentialités.

 

Enfin, comme le prévoit l’Organisation Mondiale du Tourisme : le tourisme local est le fer de lance du secteur touristique global, et les perspectives données par les recherches du même organisme montrent qu’en 2050, 68 % de la population mondiale vivra en milieu urbain, tandis que présentement 80 % des personnes en situation d’extrême pauvreté vivent en dehors des villes.

 

Fort de ces considérations mondiales, le GARTH invite ceux qui sont liés au Tourisme à jeter un regard entrepreneurial et culturel sur le tourisme interne haïtien pour le rendre durable et inclusif, et maintenir la démarche d’inscrire Haïti comme l’une des destinations touristiques de référence des Caraïbes.

 

 

 

 

A l'initiative de l'Institut de valorisation des patrimoines d'Haïti (IVAP-Haïti), un concours visant à mettre en valeur le patrimoine matériel et immatériel de la commune de Petit-Goâve est organisé depuis quelques semaines.

 

Ce concours selon Zachary Thermo, Président Directeur Général (PDG) de IVAP-HAÏTI vise à inciter la génération présente à se ressourcer dans l'ensemble des attractions touristiques de Petit-Goâve en les décrivant dans un texte suivant les critères prédéfinis par les organisateurs.

 

Le concours contient plusieurs phases dont une pour les internautes qui pourront aussi apprécier les oeuvres littéraires décrivant le patrimoine Petit-Goâvien. À la dernière phase, des visites guidées de prospection à la commune et des conférences avec des intervenants spécialisés en patrimoine et tourisme sont prévus, selon Zachary Thermo.

 

La grande finale de cette édition où les participants auront à soutenir par devant un jury leurs productions se tiendra ce 6 septembre 2020 selon ce qu'a fait savoir Zachary Thermo aux micros de l'émission radiophonique hebdomadaire Top Haïti en son édition du 5 septembre.

 

La plage de Bananier, de Kokoye Beach et des forts tels Fort Royal, Fort Liberté et Fort Gary sont, entre autres, les éléments formant la destination touristique de Petit Goâve.

 

 

 Diverses voix du secteur touristique ont réagi suite à la décision de placer la destination Haïti sur la liste noire des tour-opérateurs internationaux. Les USA qui ont le niveau d’alerte 4 interdisant les voyages.

 

« Haïti demeure incontestablement le portail culturel et historique de la Caraïbe.  Les touristes avides de savoir visiteront cette grande nation, ce grand peuple, ce pays riche habité par des pauvres », s’est indigné l’Agronome Jean Camille Buissereth, Coordonnateur Général de la Fondation pour le Développement du Tourisme Alternatif (FONDTAH).

 

 Pour sa part, Rudolf Desrose, du Réseau National des Promoteurs du Tourisme Solidaire (RENAPROTS) pense qu’il faut que la diplomatie haïtienne se mette rapidement au travail. « Il faut mettre de l’ordre dans la maison et profiter pour favoriser le tourisme local dans un premier temps avant de pouvoir rétablir la confiance à l’international », a soutenu le Coordonnateur du RENAPROTS.

 

 Selon le RENAPROTS dans la foulée l’État haïtien doit réagir tout de suite à coups de notes de presse en vue de redresser la perception sur la destination Haïti.

 

La propriétaire d’une agence spécialisée dans la planification de mariage en Haïti s’est également prononcée sur ces avis suite à la crise qui sévit dans le pays. « Concrètement, il serait temps de prendre son destin en main et qu'on se mette sérieusement au travail », a-t-elle avancé.

 

 

 

 

Elle a en outre exhorté le Ministère du Tourisme de faire des actions concrètes en partenariat avec l'Association Touristique d’Haïti afin de relever la situation.

 

 « Les responsables au ministère ont pour tâche de s’asseoir au plus vite avec chaque sous-secteur du tourisme, prendre en compte des revendications de chacun, arrêter les voyages inutiles, établir un plan de communication auprès des Haïtiens de la diaspora afin de gagner leur confiance avant d'attirer les étrangers ».

 

 

 

 

De son Côté, David Petit-Frère de l’Organisme Aventure Tours a rendu le gouvernement responsable dans la débâcle du tourisme.

 

 

 

 

Arol Saint-Félix de Ayiti Team, jeune opérateur touristique proposant des forfaits dans le pays et sur le monde croit que les problèmes socio-économiques et politiques auxquels le pays fait face, doivent être résolus avant que la destination retrouve sa place sur la carte touristique mondiale.

 

 

Labadie, lieu de vacuité du département du Nord, est sur le point d’avoir enfin une voie facile d’accès qui y mène. Les travaux de construction sont en cours d’exécution sur les six kilomètres de route qui conduisent à ce lieu touristique, joyau du département du Nord, a constaté HPN, le vendredi 16 septembre, lors de notre passage dans la région.   

Lire la suite...

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages