Haïti-Circulation-Décès : Représailles des agents du CIMO  après la mort d’un policier à Delmas 95

Securite
Typographie

 

Les agents du Corps d'intervention et de maintien d'ordre(CIMO) ont procédé à une opération musclée dans le quartier de Delmas 95 suite à l'assassinat d'un frère d'armes mercredi. Pas moins de neuf(9) motocyclettes ont été incendiées toujours suite à cet incident. Ce jeudi 26 mars, les chauffeurs de taxi moto ont manifesté leur colère dans les rues de Pétion-Ville, plus précisément au niveau de Carrefour Hector et de marché Télélé, sur la route de Frères,  a constaté Haiti Press Network.

 

Ces manifestants qui estiment être victimes d’abus de pouvoir de la part des agents du CIMO pour une affaire qui ne les concerne même pas, ont érigé des pneus enflammés et tenté de paralyser la circulation sur la voie publique. 

 

Un mouvement entamé, disent-ils, pour demander justice et réparation pour leurs collègues dont les véhicules ont été incendiés sans motif valable selon ce qu'ils ont déclaré. Alors que, se plaignent-ils, ces engins leur servaient l’unique gagne-pain au quotidien.

 

« Des agents du CIMO ont débarqué et nous ont assailli de coups de matraque. Ils ont ensuite mis le feu à nos véhicules. Pourtant, nous ne sommes coupables de rien. C’est de l’injustice. Les autorités compétentes doivent nous dire un mot », a déclaré un protestataire.   

 

Selon un chauffeur de taxi moto, témoin de l’incident d’hier qui a provoqué le décès d’un policier en civil, tout a commencé suite à la mort par balles du policier Glaide Patrick, issu de la 26e promotion, lequel a été tué dans le cadre d’une altercation avec un autre policier dans l’après-midi du mercredi 25 mars à Delmas 95 sur la voie publique.

 

Suivant les témoignages recueillis par la rédaction de HPN, les deux membres de l’institution policière qui se trouvaient au moment du drame en civil, se seraient disputer pour savoir lequel d’entre eux avait la priorité.

 

"Le policier qui a été abattu avait sorti le premier son arme à feu et tiré en l’air avant de regagner son véhicule. Le second en avait profité de l’inattention du premier pour l’abattre de plusieurs projectiles à la tête", a expliqué notre source qui se trouvait sur place au moment de cet incident malheureux.

 

L’arme de service de l’agent abattu a été apportée à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) par l'autre agent, soutenant avoir abattu un bandit, a appris l’Agence.   

 

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages