Haïti-Insécurité : Martissant en grand danger pour cette semaine

Securite
Typographie

Un bandit de grand chemin, sans foi ni lois, « Ti Lapli » ainsi connu, opérant à « Gran-Ravin », (Martissant), quartier populaire de la banlieue sud de Port-au-Prince, annonce les couleurs pour la semaine prochaine. La communication et les activités entre le grand Sud et le reste du pays risquent d’être coupées totalement si les autorités concernées par la sécurité des citoyens ne font rien pour stopper l’assaut des bandits dans ce quartier sensible.

Dans un message audio réalisé dans le cadre d’une interview sur une station de radio de la capitale au cours de la semaine, circulant sur les réseaux sociaux, « Ti Lapli » demande aux gens de rester chez eux à partir du lundi 28 octobre. Sinon, les personnes qui oseront franchir Martissant feront face à un grand danger tout simplement, a déclaré le malfrat.

« Nous descendrons sur la route principale (route nationale # 2) pour semer la pagaille. Quiconque, à l’acception des chauffeurs de camionnette, ne respecte pas le mot d’ordre sera tué. Aucun véhicule privé ni ceux immatriculés service de l’État ne seront épargnés. Nous invitons la police à se mettre de la partie si elle croit être capable », lance-t-il aisément, tel un défi lors de l’interview. Il confirme au journaliste que le gang de Gran-Ravin dispose beaucoup d’armes.

À la question de savoir où ce groupe armé trouve-t-il toutes ces armes, dans un élan ironique, « Ti Lapli » a répondu ainsi : « Si l’État ne peut pas dire d’où viennent les armes illégales disponibles dans les quartiers sensibles et qui sèment le deuil au quotidien, qu’on me donne le pays pour le diriger ».

Le chef de bande qui paraissait très à l’aise dans ses déclarations menaçantes, annonce la guerre civile. Comme un véritable porte-parole, il appelle l’État à assumer ses responsabilités vis-à-vis de nombreuses personnes qui vivent au jour le jour dans des conditions infra-humaines et sans espoir dans les quartiers populaires, où le marasme économique gangrène plus d’un.

Dans ce pays livré à lui-même où l’État est impuissant à tous les niveaux, les bandits armés se permettent de n’importe quoi au détriment des citoyens paisibles. Ces gangs marginalisés agissent aisément, tuant, enlevant les gens, mais aussi détournant des camions de marchandises en plein jour à visage découvert et en toute quiétude.

Face aux assauts des bandits lourdement armés qui sèment la terreur dans la cité, la population ne sait à quel saint s'adresser pour se sentir dans un climat rassurant. Sans gêne aucune ni un minimum de retenu pour les forces de l’ordre, les gangs font la loi en temps voulu.

D’aucuns estiment que cette nouvelle annonce de « Ti Lapli » est un défi que les autorités en place se doivent de relever le plus vite possible pour éviter un massacre à Martissant.

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

   

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages