Dr Jerry Bitar responsable de l’hôpital Bernard Mews enlevé vendredi par des inconnus dans le quartier de Pèlerin dans les hauteurs de Pétion-ville a été libéré dans la soirée, a-t-on appris de plusieurs sources.

 

Aucune rançon n’a été versée aux ravisseurs. Aucune arrestation n’a été effectuée par la police, avons-nous appris.

 

Après l’enlèvement de Dr Bitar, les employés, et le personnel de santé de l’hôpital Bernard Mews avaient entamé un arrêt de travail pour exiger sa libération. Le président de la République Jovenel Moise avait lui lancé un appel aux ravisseurs demandant la libération du médecin.

 

Il a été relâché quelques heures plus tard. Il n’a subi aucune violence au moment de son bref kidnapping.

 

 

 

 

Le Docteur en médecine Jerry Bitar, Médecin Co-Responsable de l'hôpital Bernard Mews, un des hôpitaux les plus fréquentés de la capitale, a été enlevé ce matin par des inconnus dans le quartier de sa résidence dans les hauteurs de Pétion-ville, a appris Haiti Press Network.

 

 

 

Plusieurs médias ont annoncé la nouvelle du kidnapping perpétré ce matin non loin du domicile du docteur Bitar à Pèlerin.

 

 

 

Le personnel de l’hôpital Bernard Mews qui prend en charge les enfants dans sa section pédiatrie et les blessures par balles de la zone métropolitaine et du pays était très choqué par la nouvelle.

 

 

 

Ce kidnapping du Docteur Jerry Bitar arrive alors que le pays est confronté au Coronavirus et l'état d'urgence décrété par le gouvernement haïtien depuis huit (8) jours.

 

 

 

 

Les agents du Corps d'intervention et de maintien d'ordre(CIMO) ont procédé à une opération musclée dans le quartier de Delmas 95 suite à l'assassinat d'un frère d'armes mercredi. Pas moins de neuf(9) motocyclettes ont été incendiées toujours suite à cet incident. Ce jeudi 26 mars, les chauffeurs de taxi moto ont manifesté leur colère dans les rues de Pétion-Ville, plus précisément au niveau de Carrefour Hector et de marché Télélé, sur la route de Frères,  a constaté Haiti Press Network.

Lire la suite...

 

 

 

 

 

Le Commissaire de police, Michel-Ange Louis-Jeune porte-parole de la PNH a officiellement annoncé mercredi lors d’une conférence de presse la réintégration des cinq (5) policiers révoqués membres du syndicat de la PNH révoqués par la hiérarchie de l’institution.

 

 

 

En effet, Yanick Joseph, agent II, Belson Gros-Nègre et Gédéon Mombrun également agent II, un agent I Yens Lamarre et l’inspecteur Jean Elder Lundi ont été révoqués pour indiscipline, atteinte à l’honneur de l’institution et acte de vandalisme en février dernier.

 

 

 

Les policiers qui manifestaient en faveur de la création d’un syndicat au sein de la Police Nationale d'Haïti (SPNH) sont réintégrés après avoir été soutenus par leurs collègues lors de violentes manifestations notamment à Port-au-Prince. Un arrêté du gouvernement confère désormais cette liberté aux agents de la Police Nationale d'Haïti. La réintégration des policiers révoqués était une condition sine qua non posée par les policiers protestataires. 

 

 

 

Dans le cadre de cette conférence de presse, le Porte-Parole de la PNH, Michel-Ange Louis Jeune a annoncé la création d'une nouvelle unité au sein de l'institution policière en charge du Bien-être des Policiers.

 

 

 

Dans le contexte marqué par la propagation du Coronavirus dans le monde, du côté de la Police Nationale d'Haïti, Michel-Ange Louis Jeune informe également la mise en place d'un atelier devant produire en moyenne 500 masques pour les policiers au quotidien.

 

 

 

D'autres dispositions sont actuellement en cours d'être prises par le haut commandement tant pour les policiers que pour les détenus sous leur commandement selon les propos de Michel-Ange Louis Jeune.

 

 

 

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages