Le directeur départemental de l’ouest de la police nationale, Berson Soljour, a confirmé ce mardi que des instructions ont été passées en vue de renforcer la présence policière dans la zone du bicentenaire pour assurer la sécurité des riverains. Des moyens supplémentaires sont mis à la disposition des policiers, a-t-il affirmé.

Le commissaire divisionnaire Berson Soljour, directeur départemental de l’ouest de la police nationale a annoncé  mardi le renforcement de la présence policière dans la zone du bicentenaire en vue d’assurer la sécurité des citoyens.

Des agents d’unités spécialisées dont la BOID- brigade d’opération et d’intervention départementale, le CIMO (corps d’intervention et de maintien d’ordre et l’UDMO (Unité départementale de maintien d’ordre) sont déployés dans cette zone, a-t-il informé.


Le patron de la PNH dans le département de l’ouest a également fait savoir que des moyens supplémentaires ont été mis a la disposition des agents afin qu’ils puissent augmenter la visibilité de la PNH au Bicentenaire qui, pour le moment a-t-il dit, est calme.


La situation qui a prévaut ces derniers temps dans la zone du bicentenaire, où des tirs nourris retentissent régulièrement et les affrontements entre gangs armés sont monnaie courante, inquiète plus d’un. Le Président Jovenel Moise a appelé récemment, lors de la célébration du 23e anniversaire de la PNH , le 12 juin dernier, la police à mener des actions intensives pour traquer les bandits et les criminels qui sèment le deuil et à protéger les vies et les biens.

Quant au Premier ministre Jack Guy Lafontant, il avait lui, attiré les critiques de plus d’un en affirmant que la situation n’était pas si grave que cela car, affirmait-il, on n’a pas enregistré 10 morts dans la zone.

Par Dodeley Orélus

 Apres l'incendie du marché du Bois l’heure est au bilan et  les pertes sont considérables. Certains, pelles et balais en main, font le nettoyage. D'autres tentent de sauver ce qui peut être sauvé malgré la boue et les conditions difficiles.

Comme un nouveau feuilleton de marchés incendiés, au marché du Bois, à la Croix des bossales encore appelé Mc Donald, il n'y a que des restes de planches en fumée et tôles enflammés ce mercredi matin. Les commerçants sur place nous informent que les agents de la Direction centrale de la police judiciaire(DCPJ) et des juges de paix étaient passés pour prendre des informations et faire le constat. 

 "Vous ne pouvez imaginer le déficit que j’ai fait" raconte ce commerçant au visage crispé et désolé. Ils n'ont plus rien. L'endettement est énorme; certains ne savent pas encore comment ils aborderont la question avec les banques.

Au milieu de la boue, des gamins s'activent pour ramasser des résidus métalliques. "Nous allons les faire peser et on nous donnera de l'argent" lance le petit Bergeau, un gamin de 10 ans.

Cet homme plus loin, le regard pensif attire notre attention. A la question quelle a été sa réaction quand il a appris la nouvelle ?  " J'ai consommé de l’alcool en quantité pour apaiser mon dégoût et ma peine" lance ce commerçant. 

A environ cent mètres plus loin, la fumée  de produits alimentaires avec une forte odeur d'oignon monte au ciel. Tout se mélange dans cette partie Nord-est du marché avec des carcasses de tréteaux brulés, eau puante, produits alimentaires de toute sorte etc.  

A moins d’une dizaine de mètres des lieux du sinistre les commerçants non victimes liquident leurs marchandises. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée, par contre on a compté des blessés parmi les personnes qui voulaient tirer leurs marchandises des flammes. Pour l’heure la cause du feu reste inconnue.  Le ministre de la culture et de la communication Guyler C Delva a annoncé l'ouverture d'une enquête pour déterminer l'origine du sinistre.  

Ce qu'il faudra retenir de ce nouvel épisode, c'est l'absence de bouche d'incendie dans un marché aussi important et la question était sur toutes les lèvres quelques heures après cette catastrophe qui a vu une fois de plus des milliers de dollars s'envoler en fumée.

Naomie Olivier

Photos : Fritznelson Fortuné

Les commerçants accusent le coordonnateur du marché public de la mairie de Port au Prince Luckson Janvier. Un différend oppose les commerçants à  cet employé de la Mairie qui les avait intimer l'ordre de vider les lieux. Ces derniers lui auraient décerné un mandat jugeant la demande d'injuste.

Cette Affaire a été entendue hier  lundi  par le juge Jacques Lafontant au tribunal. Servil Ecclesiaste un commerçant de boissons gazeuses rapporte que Luckson Janvier les avait menacés en sortant du tribunal . 

 Luckson Janvier aurait prononcé des propos douteux a indiqué Servil Ecclesiaste, l'un des plaignants.  "M pral montre nou koman yo batay". Ce sont les propos de Luckson Janvier rapportés à HPN. Ces propos sont egalement rapportés par Jeanty Brunel, un autre commerçant.

Des propos qui laissent penser à incendie d'origine criminelle. Pour le moment la police n'a annoncé l'ouverture d'aucune enquête sur le sinistre. Le maire de Port au Prince qui est actuellement aux Etats unis devrait rencontrer les commerçants de retour de son voyage. Le Juge Jacques Lafontant avait fixé un nouveau rendez vous ce vendredi pour trancher l'affaire au parquet du tribunal de Port au Prince.

HPN

PHOTOS FRITZNELSON FORTUNE / HPN

Vers 11h du soir les Pompiers s'activaient pour éteindre cet incendie dont l'origine reste inconnue.  Ce mardi matin les sapeurs-pompiers n'arrivent pas encore  à circonscrire les flammes. Les commerçants sont sur place et lancent des propos hostiles au maire de Port au Prince Youry Chevry. Pour le moment c'est la désolation au centre ville de Port au Prince. Les commerçants sont en pleurs. 

Ils ont salué cependant le travail réalisé par les sapeurs-pompiers de Carrefour avec un camion, la mairie de Delmas avec 3 camions et les pompiers de l'aéroport avec 1 camion. Le marché bois est très connu comme son nom l'indique pour le commerce du bois, de planches et d'autres produits comme les vêtements usagers communément appelé "pèpè".

Un commerçant en colère avance que c'est la sixième fois que ce marché est incendié et le troisième de l'année. Le responsable des opérations s'est plaint de l'absence de bouches d'incendie au marché. Le déplacement des camions pompiers au centre ville pour s'alimenter en eau laisse un grand risque de propagation.

HPN

Photos : Frantz Duval lenouvelliste

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages