Haïti-Infrastructures-Centre-ville: Pour faire plus de place aux marchands et marchandes ?

Environnement
Typographie

Cette interrogation est sur les lèvres de beaucoup d’observateurs qui constatent, comme HPN, l’état d’avancement des travaux d’infrastructures routières au niveau de la rue Saint-Honoré, rue de la Réunion et rue du Champ de Mars. En ce qui concerne les trottoirs, une bonne partie de ces rues en cours de réhabilitation, est terminée et/ou au stade de finition, constate, lundi 31 août, un reporter de l’Agence.

« Les marchandes trouveront plus de place pour installer leurs marchandises et leurs bataclans comme d’habitude. Les autorités n’auront pas assez de capacité pour les faire comprendre que cette partie de la voie publique est strictement réservée à l’usage des piétons », opine un citoyen autour de ces travaux.

Entrepris dans le voisinage du palais national qui, observons-nous avec tristesse, est arboré aussi de débrouillards qui exposent toutes sortes de marchandises aux abords, les travaux qui débutent depuis déjà quelque temps au centre-ville de Port-au-Prince, vont lentement mais surement.

Si les chaussées de ces tronçons de route ne sont pas encore pavées, les travaux relatifs à la construction des caniveaux et des trottoirs sont à un stade assez avancé. À pied d’œuvre, tôt, ce lundi 31 août, des ouvriers supervisés par des responsables du chantier, ont été remarqués activement au boulot à la rue de la Réunion notamment.

Un peu gênés, remarquons-nous, nombreux sont des débrouillards qui s’isolent un peu en catimini des trottoirs nouvellement reconstruits. Mais selon toute vraie semblance, ils s’apprêtent à y réinstaller leurs attirails sitôt que les travaux de réfection soient terminés et que les ingénieurs et les ouvriers soient partis.  

« Nous ne pouvons préciser une date. Nous sommes en train de travailler d’arrache-pied pour terminer les travaux et ouvrir les voies aux automobilistes le plus vite possible », a déclaré un responsable du chantier qui a répondu à notre interrogation, sans toutefois vouloir révéler son identité.

C’est la pagaille au centre-ville comme un peu partout dans le pays. Les abords de presque toutes les grandes institutions publiques et privées sont anarchiquement bondés de marchands et de leurs bataclans. Même le palais où loge le bureau du président de la République n’est pas épargné de marchandes et de marchands dans ses contours, constate-t-on. Ce, sous les regards passifs des policiers de l’USGPN, préposés à la sécurité de ce qui reste du lieu, mais également celle du chef de l’État.

Chose certaine, les marchands et les marchandes qui s’amassent timidement aux alentours, attendent surement la fin des travaux pour reprendre leurs activités normalement sur les trottoirs.

Pourtant, tout laisse déjà entrevoir à l’horizon, en attendant que les chaussées soient couvertes de quelques couches d’asphalte, un beau travail effectué par les Travaux publics, même si, reprochent des riverains, l’asphalte n’avait pas besoin d’être totalement levé dans certaines rues.

Texte et photos: Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.       

 

 

 

  

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages