Covid19-menace de famine en Haïti : L’Agronome Talot Bertand de la Promodev revient sur les préalables à la production agricole de subsistance

Environnement
Typographie

 

 

Au moins 4.5 millions d’haïtiens sont menacés d’insécurité alimentaire, selon la Coordination Nationale de Sécurité Alimentaire (CNSA) et les programmes onusiens spécialisés dans l’alimentation dans des rapports statistiques périodiques publiés les derniers mois. La crise sanitaire provoquée par la propagation du nouveau Coronavirus (COVID19) vient empirer cette crise alimentaire déjà aiguë en Haïti. Certaines instances de l’international disent craindre une menace de famine accélérée en Haïti. Dans son discours le 1er mai 2020, le Président de la République, Jovenel Moise, lui-aussi,  a évoqué cette situation critique. En effet, le locataire du palais national a indiqué que des mesures d’urgence seront prises afin de relancer le secteur agricole pour pouvoir y faire face. Talot Bertrand, Agronome et Spécialiste en éducation relative à l’environnement et Secrétaire Général de la Promodev (promotion de développement) a livré son avis.

 

 

« Tout le monde s’est mis d’accord sur le problème lié à l’insécurité alimentaire criante à laquelle Haïti se trouve confronter depuis des années », a martelé, tout de go, Talot Bertrand croyant que celui-ci dépend en majeure partie d’un déficit de production agricole. L’importation faite de tous les produits de consommation, pour l’agronome responsable de la promodev, a été toujours privilégiée par les décideurs de l’État ainsi que l’élite économique depuis des années. Ainsi,  COVID 19, affirme l’agronome Bertrand, n’offre pas de possibilités ailleurs arguant que ce choix est à regretter notamment en ce temps de menace de famine.

 

Talot Bertrand croit qu’il faut bien avoir en vue la relance de la production agricole pour affronter les défis pressants du secteur agricole. M. Bertrand plaide en faveur de l’accès pour les cultivateurs à l’eau, aux intrants agricoles (engrais et semences) et aux pesticides. La faim, selon l’agronome, atteindra de toute évidence plus d'haïtiens que le Covid19. « Il est une obligation de produire de la nourriture par l’agriculture », commente-t-il en intervenant à l’émission radiophonique hebdomadaire Top Haïti diffusée tous les samedis matins entre 8h et 10h sur les ondes en duplex des radios TOP HAITI sur la plateforme zeno et D’S FM 104.7 en son édition du samedi 9 mai 2020.

 

Le promoteur de l’agriculture encourage les haïtiens dont 70 à 80 % sont intéressés par la production agricole à cultiver la terre. Il les appelle à une prise de conscience afin qu’ils puissent assumer leurs responsabilités puisque personne ne va, selon lui, s’occuper des besoins réels du secteur agricole. Talot Bertrand exprime une grande inquiétude quant au rôle du Ministère de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR). « Le ministère joue le figurant alors que le pays est en nécessité de pourvoir à manger à chacun de ses concitoyens », a déclaré le spécialiste.

 

Le responsable de la promodev invite les responsables du MARNDR à rouvrir les bureaux agricoles dans les communes à potentiel agricole et à rendre fonctionnel le bureau de l’Organisation de Développement de la Vallée Agricole (ODVA).

 

 L’invité de Top Haïti du 9 mai a, par ailleurs, vertement critiqué l’initiative de la caravane du changement pilotée par l’équipe en place dans le domaine agricole de mai 2017 à date. Pour l’agronome, la caravane très chère au Président de la République Jovenel Moise n’était qu’un vain slogan et n’a aucune incidence positive sur le secteur.

 

Godson LUBRUN
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages