Les énergies renouvelables, une alternative viable face aux changements climatiques 

Environnement
Typographie
 
 
L’institut Haïtien de l’Energie (IHE) a organisé mardi un forum de sensibilisation et de promotion de l’accès à l’électricité. Des universitaires, des professionnels et des étudiants et écoliers ont pris part à cet atelier réalisé en collaboration avec le bureau du programme des nations unies pour le développement (PNUD) en Haïti.
 
Intervenant à cet atelier, le représentant du PNUD dans le pays Fernando Hiraldo a mis l’accent sur la nécessité d’utiliser de plus en plus les énergies renouvelables. "Les effets néfastes des changements climatiques nous obligent à faire des choix réfléchis", a dit M. Hiraldo évoquant les énergies solaire, éolienne et hydraulique. 
 
Il se félicite d’ailleurs des actions concrètes entreprises. Selon M. Hiraldo ces actions sont le fruit d'une prise de conscience collective. Aujourd'hui de plus en plus de citoyens sont conscients de la lutte à mener contre les changements climatiques. Dans ce sens, il invite le secteur privé haïtien à saisir les opportunités d’affaires offertes par les énergies renouvelables.
 
L’accès à l’électricité reste un défi majeur en Haïti, reconnaît l'expert du PNUD. Il rappelle que moins de 30% des foyers sont couverts par ce service essentiel à la vie sociale et économique dans les communautés.
 
M. Hiraldo infome que, grâce à une contribution du gouvernement japonais, le bureau du PNUD en Haïti apporte son soutien technique à la cellule "énergie" du ministère des travaux publique notamment pour la réalisation de projets portant sur la vulgarisation des énergies propres dans le pays.
 
Dans l’une de ses interventions à ce forum, le directeur exécutif de l’IHE René Jean-Jumeau,  dit comprendre les frustrations des citoyens quant à la non matérialisation de la promesse du président Jovenel Moïse de rendre l’électricité disponible dans le pays 24 heures sur 24.
 
C’est possible d’avoir du courant 24/24 en Haïti, dit-il, mais cela ne se fera pas du jour au lendemain. Il faut avoir les moyens, technique et financier, pour pouvoir exploiter les sources d’énergie propre dont dispose le pays.
 
M. Jean-Jumeau fait remarquer qu’il a fallu environ 30 ans aux autres pays de la région pour pouvoir mettre en place leur réseau de production et de distribution d’électricité.
 
DO
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages