De journaliste correspondant à capitaine dans l’armée américaine : Charles Hubert Zamor, le parcours d’un combattant

Sociéte
Typographie

 

Enrôlé dans l’armée américaine depuis 2013, Charles Hubert Zamor, natif des Gonaïves, ressent encore un attachement profond et solide à ses racines haïtiennes. Alors qu’il a dû quitter le pays à cause des difficultés rencontrées pour joindre les deux bouts malgré son statut de journaliste, il devient capitaine dans l’armée américaine, en août 2020, avec un parcours académique ne comptant pas moins de deux maîtrises obtenues respectivement en Sciences Administratives (2016) et en Leadership (2017)  et une License en Criminologie (2013). Un périple qui, selon lui,  n’est qu’à son début.

 

En 2007, Charles H. Zamor est arrivé aux Etats-Unis (Floride) après avoir passé plus de 5 ans à travailler au sein de la Presse haïtienne. De ses débuts en Province à Radio Gonaïves FM (2000), Télé Star (2001), Radio Télé Provinciale (2002) en tant présentateur et parallèlement journaliste correspondant à Radio Antilles international du fameux Jacques Sampeur, via ses expériences à Radio Etincelle FM (2003) de feu Esdras Mondélus et correspondant de Méga Star, de Vision 2000 (2005) jusqu’à son déplacement vers la capitale en tant que reporter à Signal FM (2006) puis présentateur, son opiniâtreté n’avait quasiment pas de limite.

 

Après avoir obtenu une License en criminologie de la Florida Atlantic University, en 2013, Capitaine Zamor a été nommé sous-lieutenant dans la logistique militaire du corps des Quartier-maitres dans l’armée américaine (US Army) par l'intermédiaire de la base militaire ‘‘Officer Candidate School’’ (OCS) de Fort Benning, en Géorgie en 2014. Il a également obtenu une maîtrise en Administration publique de la ‘‘Liberty University’’ en juillet 2016 et une autre maîtrise en Leadership en juin 2017. Son éducation militaire comprend l'école aéroportée, le cours de base des officiers de quartier-maître, le cours d'officier de mouvement d'unité, le cours d'officier de sécurité, le logisticien démontré et le cours de carrière des capitaines des forces spéciales. De Janvier à Mai 2016, il a suivi des cours de base pour les dirigeants des officiers de transport puis entre Avril et Août 2016, il a été à l’École des candidats officiers. Depuis 2019, il a été sélectionné pour faire partie des forces spéciales.

 

Un début spectaculaire

Le capitaine ZAMOR a commencé son service en tant que spécialiste en approvisionnement.  Après sa mise en service, il a servi comme chef de peloton avec le 135e quartier-maître, 82e bataillon de soutien.  Il a ensuite été affecté à la 24e compagnie d’ordonnance (Ordnance Company), où il a servi comme directeur général. Les récompenses du capitaine ZAMOR comprennent la médaille de reconnaissance de l’armée, la médaille de mérite de l’armée et l’insigne de parachutiste de base.

 

Entre l’échec et la réussite, seule la volonté d’agir compte

Né le 1 Juillet 1984 aux Gonaïves, Charles Hubert Zamor, ainé d’une famille de 5 enfants dont 2 garçons et 3 filles, n’a pas toujours eu la vie facile. Toutefois, il a eu le courage d’aimer la vie et osé espérer le meilleur quoi qu’il puisse arriver. Il est aujourd’hui de père de 3 enfants Kenley, Kayden et Kaithy Zamor issus de son mariage avec Andrena Zamor en mai 2016.

 

« J’ai toujours rêvé d’être officier dans l’armée américaine », a-t-il expliqué. « Tout a commencé à prendre forme à la suite du retour de l’exil du Président Jean-Bertrand Aristide, escorté par des soldats américains en 1994, sous l’administration Clinton.» a-t-il poursuivi. Pour lui, le mieux à faire était d’enchérir ce rêve tout en s’efforçant de trouver les moyens pour y parvenir. Ayant une foi inébranlable  dans les vertus de l’éducation, il finit par atteindre cet objectif. Et le 1er Août 2020, il devient capitaine, un but qu’il s’était fixé 4 ans auparavant. 

 

Une âme haïtienne dans un corps américain

« Devenir capitaine n’est pas l’aboutissement de mon parcours militaire», dit-il avec fierté et détermination. Au mieux, il désire atteindre le grade de Colonel, une façon, selon lui, de couronner son parcours avec panache pour qu’il puisse enfin prendre sa retraite. Hormis l’envie d’obtenir ce grade supérieur, contribuer au développement d’Haïti est pratiquement une obsession chez lui. Il veut à tout prix contribuer au développement de son pays d’origine qu’il ne cesse d’enchérir malgré les vicissitudes.

 

Plein d’optimisme, ce jeune gonaïvien veut laisser un héritage à ses enfants ainsi qu’à sa communauté. « Il faut prouver au monde entier que les jeunes haïtiens peuvent faire quelque chose de bien.», a-t-il déclaré avec vigueur. Entre l’amour qu’il partage avec sa famille et celui qu’il éprouve pour son pays, le capitaine Charles Hubert Zamor a encore de nombreux combats à livrer afin que le patriotisme ne prenne pas le dessus sur sa vie de famille. Par ailleurs, sa volonté de mettre son savoir et savoir-faire au service de la Perle des Antilles demeure autant une idée fixe que celle de devenir officier dans l’armée américaine.

 

Marvens Pierre

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages