Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes : l’AISFH préfère la sensibilisation dans les médias

Sociéte
Typographie
 
 
L’Association des Infirmières  Sages-Femmes d'Haïti (AISFH) a mis le cap sur la sensibilisation des haïtiens à l’occasion de la journée  internationale  pour l'élimination  de la violence  à  l'égard des femmes  le 25 novembre 2019.  En effet, à travers une série de présentation dans les médias des sages-femmes expliquent l’état de la situation de la violence faite aux femmes dans le pays et proposent des pistes afin d’éviter le pire.
 
 
Journée  internationale  pour l'élimination  de la violence  à  l'égard des femmes  ce 25 novembre  "Orangez le monde : La Génération Égalité s'oppose au Viol" tel a été le thème débattu à l’émission radiophonique hebdomadaire TOP HAITI diffusée tous les samedis matins entre 8h et 10h sur les ondes du 104.7 FM et sur tunein radio D’S en son édition du samedi 23 novembre 2019 par des représentantes de l’AISFH.
 
 
 
Josephine RIDORÉ  Infirmière, sage-femme et Marthe-Elvire FENELON, sage-femme Responsable de Communication et des Relations Publiques de l’AISFH ont abordé la problématique de la violence physique, psychologique, économique et sexuelle. Elles ont également traité des conséquences qui en découlent.
 
 
« En cas de viol un délai de soixante et douze heures (72) maximum  est requis obligatoirement pour la prise en charge médicale efficace de la Survivante», ont expliqué Josephine Ridoré et Marthe-Elvire FENELON, deux sages-femmes de l’AISFH intervenant à l’émission.
 
 
Une étude des nations-Unies réalisée de juillet 2011 à juin 2012, 1,127 cas de violences sexuelle contre des femmes et des hommes ont été rapportés dans quatre départements du pays et 76.6% de ces cas concernent des femmes.
 
Ces cas ont été recueillis à partir de la fiche nationale d’enregistrement, 52.4% par des organisations de femme, 35.9% par des professionnels de la santé, 25% par des organisations de femmes et 10.6% par le secteur judiciaire (tribunaux et parquet).
 
 
Ces chiffres révèlent des modifications importantes par rapport aux données précédentes, selon lesquelles les femmes se dirigeaient majoritairement vers le secteur de la santé, et en second lieu seulement dans 25% des cas vers les organisations de femmes. Le pourcentage d’enregistrement provenant du secteur judiciaire a également sensiblement augmenté, vu qu’il était auparavant de 7%.
 
GL
 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages