Haïti-Université : Le président Jovenel Moïse salue l’excellence de 1500 jeunes boursiers de l’État 

Education
Typographie

Avec une enveloppe de 400 millions de gourdes, le Fonds national de l’éducation (FNE) va financer durant 4 ans, les études supérieures de 1500 jeunes boursiers en provenance des dix départements du pays. Gagnants d’un concours, ces jeunes ont été félicités par le président de la République, Jovenel Moïse, le jeudi 21 janvier 2021, lors d’une cérémonie de remise symbolique d’attestation de bourse à un échantillon de 33 parmi les 1500, tenue au palais national, a constaté un reporter de Haiti Press Network.

Ces jeunes, notons-le, sont issus d’un concours d’admission au programme de bourses d’études, mis en place par l’État haïtien, de concert avec la Conférence des recteurs et présidents d’universités haïtiennes (CORPUHA). Ce concours a été organisé les 22 et 23 décembre de l’année dernière.

Originaires des milieux socio-économiques modestes du pays, ces 1500 jeunes bénéficiaires de ce programme qui est à sa première édition, recrutés parmi plus de 3000 candidats des dix départements ayant été inscrits à ce concours, vont entamer désormais leur premier cycle universitaire dès cette année 2021, grâce à ce soutien financier du FNE.

Ils vont se diriger dans les universités privées regroupées au sein de la CORPUHA pour démarrer leurs études dans divers domaines, entre autres, les sciences informatiques, administratives et de l’éducation. Mais aussi en génie civil, hydraulique, électromécanique et de bien d’autres.

Il s’agit en effet d’une initiative longtemps caressée par le chef de l’État, concrétisée aujourd’hui par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) à travers le Fonds national de l’éducation (FNE).

Cette initiative s’inscrit donc dans le cadre de la politique publique d’éducation de l’État haïtien, exprimée à travers le Plan décennal d’éducation et de formation (PDEF) 2020-2030. Plan qui consiste à faire augmenter l’offre de formation, tant sur le plan quantitatif que qualitatif au  niveau de tout le système d’éducation et de la formation tertiaires en Haïti.

Une question de justice sociale

Prenant la parole, le président Jovenel Moïse s’est félicité du fait que ce projet devienne une réalité. Il dit souhaiter voir 1500 autres jeunes bénéficiaires l’année prochaine afin de passer à 3000 universitaires boursiers avant la fin, dit-il, de son quinquennat le 7 février 2022.

Cette initiative est prise par l’État pour essayer de compenser la faiblesse de capacité d’accueil de l’Université d’État d’Haïti (UEH), a indiqué le premier citoyen de la nation.

« À cette jeunesse qui a hérité d’une société agonisante ; à cette jeunesse qui porte encore le fardeau de l’irresponsabilité des générations antérieures ; à cette jeunesse dont l’avenir ne cesse d’être sacrifié par les querelles intestines ; à cette jeunesse qui vit trop longtemps dans l’indifférence des élites, je suis venu vous dire que mon administration a pensé à vous », a déclaré le chef de l’État, avant d’encourager les jeunes à avancer sur la voie de l’excellence.

Pour sa part, tout en reconnaissant qu’il reste encore beaucoup à faire dans le secteur éducatif, le titulaire du MENFP, M. Pierre Josué Agénor Cadet a souligné les nombreux efforts conjugués ces dernières années par l’État haïtien pour permettre à beaucoup plus d’enfants et de jeunes de pouvoir fréquenter l’école et l’université.

« Symbolisant l’avenir du pays et la force vive de la nation, ces jeunes sont les témoins de cette nouvelle histoire d’opportunité offerte à la jeunesse haïtienne, à l’initiative du président de la République qui entend donner à tous les jeunes les mêmes chances, en favorisant l’équité et légalité », a soutenu le ministre Pierre Josué Agénor Cadet.

Le directeur général du FNE, Joseph Frantz Nicolas, s’est de son côté, félicité aussi du soutien de l’institution qu’il dirige à cette initiative. M. Nicolas croit fermement qu’offrir une chance à ces jeunes de familles modestes de fréquenter l’université, n’est autre qu’une question de justice sociale.

« Nous nous réjouissons de la cérémonie d’aujourd’hui. Nous avons pleinement conscience de l’importance qu’elle revêt pour une jeunesse trop longtemps oubliée. Une jeunesse en proie au banditisme, à la violence et à tous les vices inimaginables qui sont planés sur cette société. Profitez de vos études. Le pays vous attend dans quatre ans », a balancé le responsable du FNE, tout en félicitant tous les candidats qui ont concouru, avant de saluer les efforts des admis.

D’après le président de la CORPUHA, M. Jean Robert Charles, cette nouvelle orientation de la politique publique de formation tertiaire de l’État, est une action objective, positive et innovante. Elle vise désormais, dit-il, à donner l’investiture sociale aux fils et aux filles du peuple, en leur permettant d’accéder à une formation supérieure de qualité dans les meilleures institutions d’enseignement supérieur de la République. M. Charles a invité au passage les bénéficiaires à prendre leurs études au sérieux afin de contribuer plus tard au développement social, politique et économique du pays.   

Parlant aux noms de tous les récipiendaires, la jeune Christina Joseph a plaidé pour la continuité de l’État afin que cette initiative soit pérenne. Elle promet de faire de son mieux pour valoriser cette dépense que va consentir l’État haïtien dans ses études supérieures. 

Rappelons que le FNE est chargé à 100 % des droits de scolarité de ses boursiers sur une période de quatre (4) ans, dans le cadre d’une convention partenariale public-privé avec la CORPUHA.

Texte : Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Photos : Sadrac Théodore

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages