Haïti-Examens d’État : Plus de 142 mille participants attendus lundi au baccalauréat

Education
Typographie

Ils sont au total 142 912 candidats attendus par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle pour la passation des épreuves de fin d’études secondaires (Bac) qui se déroulent du lundi 8 au vendredi 12 juillet 2019. Des mesures devant garantir le bon déroulement de ces examens d’État ont été communiquées, ce vendredi 5 juillet, en conférence de presse par les responsables du MENFP qui étaient accompagnés des autorités judiciaires et policières.   

Les dispositifs pour la tenue de ces épreuves officielles ont été mis en place. Tout un ensemble de mesures ont été adoptées pour le bon déroulement des examens. Les bacheliers ne doivent pas avoir peur. Ces examens qui sanctionneront les treize années d’études seront à leur portée. C’est en tout cas, c’est-ce qu’ont fait savoir le ministre de l’Éducation nationale, Pierre Josué Agénor Cadet ; le directeur général, Dr Meniol Jeune ; le directeur du Bureau national des Examens d’Etat (BUNEXE), M. Renan Michel et le directeur de l'Enseignement secondaire, M. Maxime Mésilas.

Au cours de la conférence, les responsables du ministère de l'éducation, le commissaire du gouvernement et les représentants de la police nationale d'Haïti ont réaffirmé leur engagement à œuvrer à la réussite des examens de la terminale comme il en avait été le cas pour ceux de la 9e année fondamentale.

« Ces examens sont d’une grande importance pour l’État, les directeurs d’écoles, les parents et les candidats concerné », a rappelé le ministre Cadet. En ce sens, soutient-il, aucune mesure n’est de trop quand il s’agit de garantir le bon déroulement de cette opération académique d’envergure.

« Le MENFP sera entièrement mobilisé, tout comme la justice, la police dans l’idée de contrer toute action qui pourrait nuire à l'organisation de ces épreuves officielles », a indiqué le ministre, avant de saluer le dévouement de tous les acteurs qui participent annuellement à la réussite de cette vaste opération.

Concernant certaines irrégularités relatives à la validation de quelques candidats, le titulaire du MENFP a donné la garantie que les élèves concernés pourront composer normalement. 

Cependant, informe-t-il, une commission d’enquête a été constituée afin d’identifier les directeurs d’école malhonnêtes qui, en complicité des élèves inconscients, ont fabriqué de fausses notes de passage aux candidats. Les responsables d’école aussi qui, par négligence, n’avaient pas soumis à temps les listes des élèves pour validation seront en contravention, laisse-t-il entendre.  

Pour sa part, le directeur général du MENFP a tenu à remercier toutes les instances qui avaient contribué à la réussite des épreuves de la 9e année fondamentale, tout en souhaitant qu’elles soient animées par le même engagement en vue de faire en sorte que les jeunes de la terminale puissent composer dans un climat serein.

Il a, par ailleurs, rappelé les consignes traditionnelles qui seront d’application stricte durant ces jours d’examens. Il cite notamment l’interdiction du port d’arme, l’usage des calculatrices programmables et des téléphones cellulaires. Le port de l’uniforme est obligatoire pour les nouveaux candidats, précise le numéro 2 du MENFP.   

Quant au commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, il a reconfirmé les mesures arrêtées lors du déroulement des examens de la 9e A.F. Le service de permanence du parquet sera mobilisé. Aucun attroupement ne sera toléré dans l’environnement immédiat des centres d’examens, toute agression contre lesdits lieux sera sévèrement punie, a annoncé Me Paul Eronce Villard.

Il importe de noter que les mesures de sécurité déclinées lors de cette conférence de presse seront appliquées, sans modification aucune, à l’échelle nationale.

Idson Saint-Fleur/Alix Laroche 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages