Haïti-Éducation : Vers la finalisation et la validation du document de politique d’éducation non formelle

Education
Typographie

Dans la perspective d’élaboration du document de politique d’éducation non formelle, un atelier de travail s’est tenu, le jeudi 24 janvier 2019, à Musseau, à l’initiative du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). Une réunion qui coïncide bien avec la première Journée internationale de l’éducation. Date adoptée le 3 décembre écoulée par les Nations unies pour célébrer ce secteur incontournable dans la vie de l’homme moderne, a constaté Haiti Press Network.

Il a été en effet question de présenter aux participants le groupe de travail interinstitutionnel de 11 membres installé par le ministre Pierre Josué Agénor Cadet le 6 décembre 2018, lequel groupe est chargé de l’élaboration et de la validation du document de politique d'éducation non formelle. Il s’agissait aussi de présenter aux participants les concepts et les grandes composantes du document, dans le souci de collecter leur contribution à la finalisation dudit document. En outre, on entendait également partager avec les participants les prochaines étapes devant conduire à la validation de cet outil.

Au terme de cette rencontre de consultations, les participants ont produit des commentaires et fait des suggestions pertinentes qui alimenteront le document. De l’avis de nombreux acteurs impliqués dans le secteur éducatif, cette politique apportera un grand support au système éducatif, compte tenu du fait que le monde soit encore bien loin d’atteindre l’Objectif de développement durable 4.

Une bonne coïncidence 

À l’occasion de la Journée internationale de l’éducation (24 janvier), la directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay a, dans son message de circonstance, cité des chiffres pointant les défis à relever à l’échelle mondiale en matière éducative. Haïti en fait bien partie. 

Selon Mme Azoulay, 262 millions d’enfants et de jeunes ne vont pas à l’école; 617 millions d’enfants et d’adolescents ne savent ni lire ni faire des calculs simples; moins de 40 % des filles achèvent le premier cycle de l’enseignement secondaire en Afrique subsaharienne, tandis que près de 4 millions d’enfants et de jeunes réfugiés ne sont pas scolarisés, leur vie ayant été bouleversée par le conflit et la perte.   

C’est dans cette lignée que le coordonnateur technique du cabinet du ministre et coordonnateur du groupe de travail à l’élaboration du document de politique non formelle, M. Jacques Yvon Pierre qui lisait l’allocution de circonstance du ministre, s’est adressé ainsi aux participants : « en cette occasion, je voudrais réaffirmer la ferme volonté de l’État à respecter et à faire respecter le droit des fils et des filles du pays à une éducation de qualité, inclusive et équitable. »

D’après Jacques Yvon Pierre qui citait les propos du ministre Cadet, l’éducation n’est pas seulement un droit mais aussi un vecteur pour le développement durable. D’où, estime-t-il, l’importance de l’éducation non formelle qui est une forme d’apprentissage systématique et organisé qui se produit généralement en dehors des institutions d’éducation formelle définie, elle, comme un processus systématique et délibéré d’apprentissage hiérarchiquement structuré et séquentiel.

Pour sa part, le coordonnateur de la Direction générale du MENFP, M. Nelson Pierre qui prenait aussi la parole à cette occasion au nom du directeur général, a salué l’adoption de cette journée consacrée à la célébration de la chose éducative dans le monde.

« En cette journée spéciale, le MENFP ne peut que demander à ses partenaires tant locaux qu’internationaux de s’asseoir avec lui pour définir la stratégie nécessaire et les moyens pour aider ce pays à faire des pas géants, allant dans le sens d’une éducation de qualité, équitable et inclusive », déclare M. Nelson Pierre au nom du Dr Meniol Jeune.

Selon lui, cette éducation tant prônée permettra au peuple haïtien de rompre avec la misère, d’être mieux utile et d’être mieux considéré par les autres peuples de la planète.

« Si de grands défis restent pour nous à relever, nous devons avouer que seule une éducation inclusive et de qualité pourra permettre de le faire », soutient Nelson Pierre, indiquant qu’au niveau du ministère l’engagement est déjà pris en vue de faire de l’éducation une priorité.

Ont pris part à cet atelier, des cadres du cabinet du ministre Cadet et de la Direction générale; des coordonnateurs de pôle; des directeurs techniques et départementaux; des représentants des Centres du soir et des représentants des Centres d’éducation familiale.

Texte : Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Photo : Sadrac Théodore   

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages