Haïti-Santé : Réaliser la promesse de l’Information et d’Éducation à la santé pour tous, partout et en tout temps

Santé
Typographie

 

Dr Franck Géneus M.D | MHA, Spécialiste de la Santé Communautaire

 

Le dimanche 5 août 2018 l’Institut de Santé Préventive, environnementale et communautaire - Institut SPEC, organisa la deuxième édition du Festival de la Santé à l’hôtel Montana. A cette occasion, Dr Géneus Franck, le fondateur et directeur exécutif de l’Institut fit la déclaration suivante au micro des médias; "l'institut SPEC en vient à considérer que l'analphabétisme massif en santé en Haïti est un des plus grands problèmes de santé publique de notre pays. Il est certainement le plus important problème de santé publique qui ne bénéficie pas de programme ou de plan national à cette date”.

 

C’est une déclaration qui interpelle sur la réalité de la fracture profonde qui existe entre les acteurs du secteur de la santé et la population générale sur une compréhension commune des informations essentielles de base sur les faits de santé. Concrètement, il s’agit de mettre en lumière le faible niveau de connaissance de base de la population haïtienne en matière de santé. Cette ignorance est telle qu’elle rend inopérante toute démarche efficace visant à transmettre des consignes sanitaires à la population. En d’autres termes, le dialogue entre le monde des acteurs de santé et la population est par définition inefficace en Haïti.

 

Cette situation, vécue comme anodine, est une catastrophe pour le développement du pays et de son système de santé. Dans un pays avec des ressources aussi limitées et avec des infrastructures de santé aussi pauvres, l’objectif de santé publique évident est de diminuer la charge maladie sur le système, afin de diminuer la pression des besoins en matière de demande de soins et de services de santé primaire sur le système. Un tel objectif ne peut être atteint qu’en développant des partenariats communautaires pour la mise sous contrôle, l'élimination, voire l'éradication de phénomènes pathologiques ciblés. Ce partenariat communautaire est indispensable pour de très multiples raisons. Mais nous citons ici l'une d'entre elles; “Dans le contexte de tout projet de santé publique pour laquelle l’action de santé se met en œuvre dans la communauté, l’une des rares certitudes liée au succès et à la pérennisation de cette action est que; si la communauté n’est pas avec vous, soyez certain qu’elle est contre vous”. Disons plus simplement, dans le contexte d’une action communautaire, la communauté est soit un allié, au mieux, un obstacle mais plus couramment une force résolument divergente.

 

La capacité du système de santé à entrer en partenariat avec la communauté en temps de crise est une donnée essentielle dans la construction de l’efficacité, de l’efficience, de la résilience et de la durabilité d’une action de santé publique surtout à grande échelle. Il est impossible de développer une forme quelconque de partenariat avec une communauté qui n’est pas éduquée à comprendre, à intégrer, à accepter et à contribuer dans une action de santé quelconque. Dans notre système de santé nationale, l’Éducation à la Santé est juste un médium qui est utilisé pour véhiculer des messages dans le cadre de la mise en œuvre d’une action de santé ou au mieux d’un projet. Et dans notre système de santé, l’information en santé est tout simplement un terrain de chasse parmi d'autres de la presse grand public.

 

Pourtant, les expériences en santé publique dans l’histoire récente de notre pays commandent de façon impérieuse de reconnaître les deux réalités incontournables que nous venons de développer; premièrement, l'analphabétisme de la population sur les connaissances de base en santé en Haïti est trop élevé pour permettre la mise en place d’un cadre de partenariat entre le système de santé et la population. Deuxièmement, la nécessité d’avoir la population comme partenaire dans la lutte, selon cette formule attribuée à Gandhi; “Tout ce que vous faites pour moi, sans moi, vous le faites contre moi”. Ces deux réalités mises bout à bout expliquent en grande partie le peu de résultats obtenus par le gouvernement en 2020 pour enrôler la population dans la lutte contre le Covid-19.

 

 Dans la gestion efficace d’une épidémie, les autorités ont besoin que la population écoute avec intérêt, comprenne les enjeux et leurs rôles dans la réponse nationale et mette en pratique les "consignes de guerre" qui leur sont destinées. Quand les gouvernements du monde entier ont commencé à déclarer leur pays en "état de guerre" contre la Covid-19, il s’agissait pour eux d’être en capacité de mettre en “ordre de bataille” la totalité de leur population. Le professeur Renaud Piarroux, chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) à Paris, Professeur à la Sorbonne Université a déclaré une phrase qui résume efficacement ce paradigme; "Une pandémie est à la médecine ce qu'une guerre mondiale est à la diplomatie”. Quand dans un pays, une communauté est exclue de la réponse nationale à une épidémie majeure, le système de santé se retrouve seul à mettre en œuvre des procédures de riposte qui épuisent rapidement les ressources, les énergies et l’efficacité des équipes mobilisées. Elles doivent, en plus d’implémenter la stratégie de riposte, faire face au quotidien aux actions, aux inactions, aux exactions et aux actions contre-productives (si non déconstructives) des groupements communautaires.

Toutes les expériences de gestion des épidémies majeures montrent à quel point l’implication communautaire est essentielle. Dans la lutte contre le Choléra, l’OMS déclare ce qui suit: ‘La participation communautaire joue un rôle clé pour les changements à long terme des comportements et pour la lutte contre le choléra”. Dans ce sens,, je vous recommande la lecture des excellents articles du professeur Sylvain Landry Faye de la FLSH, de l’Université Cheikh Anta DIOP (UCAD), sur la question, notamment; “Engagements citoyens et restauration du paradigme de l’engagement communautaire dans la gouvernance de l’épidémie d'Ebola en République de Guinée”.

Les interventions tant épidémiologiques, diplomatiques que médiatiques du professeur Renaud Piarroux ont été capitales dans la lutte pour l'élimination du choléra durant la période 2014 - 2019. Les stratégies de luttes mise en place par le MSPP avec l’appui indiscutable de l’UNICEF, inspirées par le les recommandations du professeur Piarroux et son équipe sont des modèles efficaces  qui mériteraient d’être suivies mondialement, mais dans sa conférence à l'AMH en avril 2017, le Dr Piarroux insistait sur le fait que l’engagement communautaire est la clé vers l’élimination du Choléra en Haïti. De fait, l'intensification des approches communautaires entre 2017, 2018 et 2019 s’est soldée par une chute drastique du nombre des nouveaux cas. Et le dernier cas de choléra testé positif en Haïti date du 19 janvier 2019. 

            Entre 2010 et 2020 Haïti a connu 5 épidémies sérieuses dont 4 d’entre elles causées par des maladies d’apparition nouvelles pour la population (Choléra, Chigungunya, Zika, Covid-19). Sans parler du poids épidémique des maladies émergentes, notamment des maladies non transmissibles, comme les maladies cardiovasculaires, le diabète ou le cancer, qui mettent le système de santé sous forte pression depuis au moins 2 décennies déjà. Sans parler du fait que les maladies tropicales négligées comme la Filariose ou la Sarcoptose opèrent souvent par poussées itératives tout en étant bien installées dans le quotidien des foyers depuis des temps immémoriaux. Tenant compte de tout cela, une culture d’éducation à la santé effective et l’accès à l'information essentielle en santé pour la population doivent devenir des priorités de santé publique.

 

 Avec mon équipe à l’institut SPEC cette priorité est portée à son plus haut niveau de considération possible. Depuis 2016 l’Institut SPEC n’a pas cessé d’innover en la matière. L’Institut SPEC est fondée en 2013 sur la philosophie de faire advenir une Haïti socialement transformée par l’évolution des modes de vie au quotidien de sa population. Cette transformation serait rendue possible par l’adoption des pratiques saines de vies, transmises par une nouvelle génération de travailleurs de santé formés aux méthodes modernes en santé préventive et communautaire. L’institut poursuit depuis 8 ans une stratégie à 3 vitesses; (a) Modernisation de l’enseignement de la spécialité de santé communautaire en Haïti, (b) Implication active de nos équipes dans des grands projets communautaires de mobilisation sociale et d’éducation communautaire; (c) Mais surtout la conception, le développement et la mise en œuvre d’approches innovantes en matière d’IEC/CCC et de mobilisations communautaires.

 

Développée en janvier et février 2021, l’application pour smartphone “Kèkal” est la dernière née du laboratoire de santé communautaire de l’Institut SPEC. C’est une application qui sera disponible sur tous les téléphones intelligents et offrira un accès illimité à des ressources en ligne comme le répertoire des fournisseurs de services de santé sur tout le territoire national et dans la diaspora, accès à des classes de santé en ligne, des programmes de marketing sociales en santé, des services innovants de santé, des activités de conciergerie médicales personnalisées, l’animation de communautés virtuelles et de référence vers des fournisseurs de services partenaires et recommandées par l’équipe.

 

“Kèkal” est une innovation technologique majeure dans le domaine de l’information, de l’éducation et de la communication pour le changement des comportements. Elle sera en même temps le lieu d’interactions des usagers des services de santé, la plateforme de rencontre des fournisseurs de services, l’espace de communication des promoteurs et construira les ponts nécessaires entre ces différentes communautés. “Kèkal” pourra jouer ce rôle majeur parce qu’elle est conçue pour être une passerelle efficace et adaptée entre les utilisateurs et les ressources en santé publique, les ressources de santé préventive, de santé communautaire et les fournisseurs de soins et services. “Kèkal” ambitionne de rendre accessible à tous, toute l’information et l'éducation essentielle en santé accessible partout, en tout temps en utilisant des médiums de communication socialement acceptables et culturellement adaptées.

 

L’application Kekal, prévue pour être disponible sur la plateforme Play Store pour la St Valentin est encore en cours de validation par Google. Ce géant du net prend plus de temps que d’habitude pour valider les applications avant publication à cause de la Covid-19. Mais nous sommes confiant que l'application Kekal lancera sa révolution avant le 1er avril 2021. En attendant, l'Institut SPEC invite tous les acteurs de la santé, fournisseurs de services, publics comme privés d'Haïti et de la diaspora à s'inscrire gratuitement dans la plus grande base de données de références professionnelle en santé d'Haïti en envoyant leurs informations professionnelles via l’email; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

L’Information, l'éducation et la communication pour le changement des comportements en Haïti est une priorité. Les acteurs publics comme privés doivent innover et vaincre le fléau de l'analphabétisme en santé pour une Haïti enfin débarrassée des démons qui la maintiennent au moyen-age des sciences de la santé depuis son indépendance.

 

Dr Franck Geneus - 18 février 2021

 Photo : Courtoisie

Références

1 reportages sur la réalisation du Festival de la Santé en Août 2018 par l’Institut SPEC; https://radiotelevision2000.com/home/?p=88698 | https://web.facebook.com/institutspec/posts/481968578969462/ | https://dai.ly/x7d0ls6

2 Les raisons pour développer un cadre national de partenariat communautaire en santé feront l’objet d’articles et de publications ultérieurement

3 Cours d’Introduction à la Santé Communautaire de Dr Franck Geneus - Institut SPEC 2016. | https://spark.adobe.com/page/VeRtRNJyi78XL/    

4 Interviews professeur Renuad Piarroux sur la guerre contre la Covid-19 https://actu.orange.fr/societe/videos/pr-renaud-piarroux-il-vaut-mieux-reconfiner-maintenant-et-faire-baisser-le-nombre-de-cas-avant-que-les-hopitaux-soient-engorges-CNT000001wENvu.html#plmAnchor

5 Article des professeurs Waly Diouf et Sylvain Landry Faye, Université Cheikh Anta Diop, Senegal. Engagements citoyens et restauration du paradigme de l’engagement communautaire dans la gouvernance de l’épidémie d’Ébola en République de Guinée; https://journals.openedition.org/faceaface/1703  | https://journals.openedition.org/faceaface/1703#tocfrom1n4 

6 OMS, La participation de la communauté est essentielle a la reussite des programmes de lutte contre le Choléra. https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/cholera

7 Professeur Renaud Piarroux acteur un acteur cle de la victoire de Haiti sur l’epidemie de Cholera : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/08/29/renaud-piarroux-le-medecin-qui-a-tenu-tete-a-l-onu_4989439_1650684.html

8 Institut SPEC, Album de 15 chants populaires sur les pratiques familiales essentielles en prévention des maladies. Videoclip Ala bél bagay se lasante : https://youtu.be/u12gTBGjvd4

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages