Haïti-Santé : Misère persistante et épidémie de fièvre depuis deux mois à l’Acul du Nord

Santé
Typographie

Malgré son calme et sa fraîcheur paradisiaque, l’Acul du Nord ne vit pas son quotidien sans problème. Outre la misère qui caractérise cet endroit à l’instar de presque tous les confins de la République, une épidémie de fièvre fait sérieusement rage là-bas. Ce qui n’est pas sans conséquence négative sur les activités scolaires, a constaté Haiti Press Network, lors de notre passage dans le Nord le vendredi 24 mai.

Vendredi 24 mai. Il est 9 heures 37 du matin. À l’école nationale de l’Acul du Nord, un calme  étonnant règne. Ça rend curieux, car les milieux scolaires où l’on accueille notamment des enfants sont généralement bruyants. Ce, que la classe travaille ou que les bambins soient sur la cour de récréation.

Par curiosité, nous avons constaté un peu ébahi, des salles de classe vidées de leur effectif.  Pourtant le milieu ne manque pas d’enfants en âge de scolarisation qui devaient remplir les salles de classe de cet établissement public.

À l‘Acul du Nord, les élèves ont pris l’habitude de ne pas se présenter en grand nombre à l’école le vendredi, nous indiquent des riverains. Mais, ces derniers jours, explique une institutrice interrogée dans une autre école publique de la place, un autre mobile explique les effectifs complètement réduits en salle de classe.

Il s’agit d’une épidémie de fièvre qui porte une kyrielle de parents à se présenter dans les Directions pour motiver l’absence de leurs progénitures en classe. Nous avons fait le constat dans trois écoles. Les responsables nous témoignent idem.

Maux de tête rageurs, rhume sont, entre autres, symptômes accompagnateurs de cette fièvre qui rend ses victimes complètement moribondes sur le plan physique surtout.  

« Il y a cette épidémie de fièvre effectivement dans la localité depuis environ deux mois. Elle attaque les adultes mais beaucoup plus les enfants », nous informe Marie Suzette Florestal Borgella, directrice de l’école Notre dame du Perpétuel secours qui bénéficie du soutien de l’État.

Selon cette responsable d’école, les parents sont nombreux à venir l’annoncer l’absence de leurs enfants en classe à cause de cette fièvre.

« Ils sont légion les parents qui viennent me dire : si vous ne voyez pas mon enfant à l’école, sachez qu’il est au lit sous le poids de la fièvre », nous raconte Mme Borgella, arguant que cette épidémie pas trop inquiétante a un impact considérable sur le fonctionnement de l’école.

Elle informe en passant que des agents du ministère de la Santé publique ont, de manière périodique, donné des médicaments dans cette contrée contre des maladies. Mais, dit-elle, la présence de ces agents du MSPP n’est pas remarquée depuis le déclenchement de l’épidémie.

Jocelyne Alvarez, une autre habitante de l’Acul du Nord nous a confirmé également l’épidémie dans cet endroit. Toutefois, elle s’est montrée peu préoccupée dans la mesure où, laisse-t-elle comprendre, cette épidémie ne tue pas ses victimes.

« Beaucoup de personnes sont atteintes de la fièvre certes, mais elles reviennent en convalescence en si peu de temps », nous raconte Jocelyne l’air désintéressé.

Par curiosité professionnelle, on a été voir des professionnels de la santé au Centre de santé le plus proche. Une infirmière, Miss Eunice Philipaux nous a avoué avoir relevé plus d’une quarantaine de cas de gens atteints de fièvre typhoïde pour les mois d'avril et de mai 2019. Elle attribue ces cas à un déficit d’eau potable auquel fait face la communauté.

Néanmoins, Mme Philipaux nous informe n’avoir pas enregistré en grande quantité des cas d’épidémie de fièvre au dispensaire où elle offre ses services. Elle pense que du fait que l’épidémie ne tue pas, les gens auraient préféré de se soigner eux-mêmes chez eux.

Par ailleurs, de nombreux riverains lancent un SOS au ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP), en vue de diligenter une visite des lieux pour détecter la cause principale de cette épidémie de fièvre qui perdure dans la ville de l’Acul du Nord.

Texte : Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Photo : Sadrac Théodore

 

  

 

       

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages