Ces Etudiants du secteur privé n'ont pas digéré la décision du ministère de leur enlever une allocation mensuelle de 8 mille gourdes. Plusieurs d'entre  eux qualifient de discriminatoire cette décision du MSPP lors d'une rencontre avec la presse Mercredi. "Nous faisons aussi du service public", ont souligné les protestataires.

 

Ces médecins internes annoncent des mouvements de protestation et une marche pacifique lundi 20 janvier pour forcer la Direction générale du Ministère à revenir sur sa décision.

 

Ils n'ont pas mâché leurs mots pour critiquer le ministère de la santé publique et de la population contre ce qu'ils appellent l'arbitraire. Ils ont ete également virulents envers la ministre de la Santé qui, selon eux, n'a mis aucune politique sérieuse pour renforcer le système sanitaire dans le pays.

 

L'un des médecins internes ont rappelé que ces 9 mille gourdes servaient uniquement comme frais transport pour les médecins pendant leur internat.

 

HPN

 

PHOTO : ARCHIVES

 

 
 
Selon le ministre dominicain de la Santé publique, Rafael Sánchez  Cárdenas, 40% des jeunes nés entre 1981 et 1996, ont des problèmes cardiovasculaires. Un taux nettement plus élevé par rapport à la génération précédente. La République dominicaine a du mal à avancer des chiffres mais le président de la Société dominicaine de cardiologie, Fausto Warden Taveras, interrogé sur une récente publication internationale, inquiète les autorités, les sociétés médicales et les cardiologues.
 
 
Les spécialistes dominicains identifient plusieurs facteurs qui pourraient engendrer cette maladie dont le régime alimentaire des jeunes  avec des repas rapides, les nombreuses heures consacrées  à l'utilisation de la technologie, très peu d'activités physiques et à l'utilisation de substances telles que l'alcool, le tabac, les cigarettes électroniques, les énergisants et, dans certains cas, les drogues interdites que certains présentent utilisent de manière abusive.
 
 
Le Ministre Cárdenas affirme que des discussions sont en cours en vue de l’élaboration d’un Plan stratégique décennal de santé  comme guide du système de santé en tant que politiques préventives. La majorité des jeunes dominicains fréquentant les cliniques maintiennent un apport élevé en glucides et en graisses saturées. Il est essentiel que les jeunes dominicains âgés de moins de 20 ans changent de comportement en faisant de l'exercice et de manger sainement, car sinon, disent les spécialistes, ils avancent vers la mort prématurée et dépenseront beaucoup de ressources pour maintenir leur santé.
 
 
Selon MedlinePlus, les maladies cardiovasculaires sont un terme large pour désigner les problèmes cardiaques et sanguins. Ces problèmes sont souvent dus à l'athérosclérose. Ce malaise survient lorsque la graisse et le cholestérol s'accumulent dans les parois des vaisseaux sanguins (artère). Lorsque la graisse et le cholestérol s'accumulent dans les parois des vaisseaux sanguins, cela s'appelle la plaque. Au fil du temps, la plaque peut rétrécir les vaisseaux sanguins et causer des problèmes dans tout le corps. Si une artère est bloquée, cela peut entraîner une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Des conseils pratiques qui peuvent être utiles aux jeunes haïtiens.
 
 
 
Yves Paul LEANDRE
Source : Société dominicaine de cardiologie

 

 

La présentation officielle de ce document élaboré par la Direction de formation et de perfectionnement en sciences de la santé du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) a lieu à l’Hôtel Montana, le mardi 10 décembre 2019, a appris Haïti Press Network.

 

« L’objectif principal de ce document cadre, c’est d’arriver à un alignement des différentes institutions de formation autour d’un corps de compétences adaptées au profil épidémiologique du pays et au Paquet Essentiel de Services défini par le Ministère de la santé publique et de la population tout en répondant aux exigences internationales », a souligné le MSPP dans un communiqué.

 

Selon Marie Gréta Roy Clément, Ministre de la Santé Publique et de la Population avec la publication et la diffusion de ce document normatif, le MSPP et ses partenaires vont pouvoir continuer à améliorer la qualité de l’offre de soins à la population, en attendant que le vote prochain du budget national accorde les ressources financières suffisantes pour son exécution.

 

Pour sa part, le Ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle  Pierre Josué Agénor Cadet, a félicité le Ministère de la santé publique et de la population (MSPP) d’avoir pris l’initiative d’élaborer ce document qui s’avère nécessaire dans le perfectionnement des professionnels de la santé et, selon lui,  aidera à standardiser la formation et doter le pays de professionnels qualifiés.

 

Notons que cette cérémonie s’est déroulée en présence  du représentant de l’Ambassadeur du Canada, d’un Conseiller du Président de la République, du Directeur général du MSPP, du Représentant de l’UNPA en Haïti et plusieurs cadres et professionnels dans le domaine de la santé et de la formation professionnelle.

 

Godson LUBRUN

 

A l’occasion de la journée Mondiale de  lutte contre le sida, Le Collectif  Défenseur Plus dénonce l’insouciance de l’Etat haïtien à l’égard des personnes infectées par le VIH, Sida.

 

"Les médicaments, la sensibilisation, en générale la lutte contre le sida en Haïti, est surtout l’affaire des organisations non gouvernementales", a fait savoir Chaïna Etienne, responsable d’assistance légale du collectif défenseur plus. Mme Etienne voit mal  l’avenir de la lutte contre la maladie en Haïti si l’Etat ne s’implique pas.

 

’’Les ONG sont pour la plupart en mission, un jour viendra que leur mission prendra fin, et pour bien d’autres raisons certaines d'entre elles cesseront leurs activités en Haïti. Qu’adviendra t-il des malades et de la lutte contre la maladie en Haïti, où la prise en charge   qui menace toute la population?’’ s'interroge t-elle.  

 

Par ailleurs, la militante reconnait des avancées significatives  dans la lutte contre le VIH en Haïti, où en 2018, le taux de transmission des mères à leurs bébés est passé à 4% contre 12% en 2010, Chaïna Etienne croit tout de même que beaucoup de progrès restent encore à faire dans un pays, où 7 500 personnes meurent à cause du VIH.

 

De son cote le responsable des affaires juridiques  du Collectif Défenseur plus, Jemps Deralus, voit dans le non implication de l’Etat dans la lutte contre le VIH, une violence des droits humains, ceci en dépit de certaines conventions dont l’Etat haïtien est signataire. "Pour qu’il y ait vie, il faut avoir la santé, quand l’Etat ne veut pas garantir la santé, il viole le droit à la vie", a fait savoir M. Deralus.

 

 

Notons que la journée internationale de la lutte contre le sida a été instaurée le premier décembre 1988. En Haïti, près de 2% de la population serait infectée. La population carcérale serait la plus touchée avec un taux de 6% du côté des prisonniers.

 

Kervens Olivier

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages