Le Projet Eau et Assainissement de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), soutient l’objectif que les États-Unis partagent avec le gouvernement haïtien pour étendre l’accès à l’eau potable et l’assainissement aux communautés vulnérables, le front de lutte le plus important contre le choléra et d’autres maladies hydriques, peut-on lire sur le site de l’Ambassade des Etats-Unis en Haïti. "Les États-Unis ont adopté des dispositions pour soutenir l’accès à l’eau potable pour les citoyens haïtiens et continuer à lutter contre le choléra".

Lire la suite...

141 personnes sont mortes en Haïti des suites de l’épidémie du choléra au cours de l’année 2017 tandis que près de 13.000 cas de personnes atteintes ont été enregistrés, selon des statistiques établies par l’organisation onusienne de réponse humanitaire OCHA.

 

 

 

Toutefois, selon, un rapport couvrant l'année 2017 (janvier à novembre), ces données représentent une baisse de 67% et 66% en comparaison à la même période en 2016. Haïti reste, cependant, « exposé à un risque de recrudescence soudaine de la maladie ».

 

Au cours du mois de novembre 2017, le département de l’artibonite est resté la région la plus touchée avec un total de 402 cas suspects. Un foyer de cholera a été répertorié dans le nord-ouest où 157 cas ont été enregistrés, ce qui constitue une remontée de l’épidémie dans le nord du pays, souligne OCHA.

 

L’organisation de l’ONU a assuré que des efforts soutenus se poursuivaient dans tous les départements du pays où les 57 équipes mobiles supportées par l’UNICEF, en partenariat avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population et les techniciens de la Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA) interviennent rapidement pour empêcher la transmission de la maladie dans les communautés touchées.

 

Au niveau institutionnel, l’OPS/OMS, avec les partenaires santé, apporte un appui à la coordination et au renforcement de la prise en charge sur le terrain dans les zones de flambée.

 

Cependant, les faiblesses du système de santé, le faible accès à l’eau et à l’assainissement des populations, ainsi que le manque de financement risquent de compromettre les efforts fournis par l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre le choléra.

 

La Première Dame de la République s'implique, dans le cadre du programme « Konte'm Mwen Konte », dans la vaccination et l'identification des enfants à Bassin Bleu, commune du département du Nord-ouest.

 

Accompagnée du député de Bassin Bleu, Denis St-Fort, Mme Moïse à travers cette démarche entend contribuer à faciliter la vaccination de milliers d'enfants de cette localité contre les maladies infantiles et également à leur faciliter l'accès à un numéro d'identification national (NIN). Les parents auront également la possibilité d'obtenir ou de renouveler leurs cartes d'identification nationale.

 

Le programme « Konte'm Mwen Konte » s'étendra sur tous les dix (10) départements du pays, une manière de permettre à tous les enfants d’Haïti d’avoir un numéro d'identification nationale.

Le Comité de haut niveau pour l’élimination du choléra en Haïti, co-présidé par le Premier ministre Dr Jack Guy Lafontant et la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies (RSSG) et Chef de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), Sandra Honoré, s’est réuni, jeudi, à la Primature afin d’examiner la situation du choléra dans le pays.  Le comité dit prendre note de la réduction du nombre de cas et de décès en 2017 et réitère son engagement durable pour éliminer la maladie et sa transmission.

Lire la suite...

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages