Haïti-Environnement : Place Pétion, un dépotoir du Champ de Mars !

Sociéte
Typographie

Si partout dans le monde les places publiques représentent un lieu d’attraction pour les touristes et un espace de détente de premier choix pour de nombreuses personnes, en Haïti, certaines de nos places publiques abandonnées par l’État, sont plutôt transformées en dépotoirs de fatras et d’excréments humains. C’est le cas typique de la place Pétion, située au cœur du Champ de Mars, à deux pas du Palais national, où se trouve le bureau du président de la République, constate Haiti Press Network.

Alors qu’on s'approche des fêtes de fin d’année où les places publiques devraient en principe, être ornées d’arbres de Noël et d’autres embellissements pour accueillir des enfants, mais aussi des adultes qui, généralement, profitent de cette période pour se promener, la place Pétion, l’une des plus sales de la capitale, présente hideusement l’aspect d’un endroit désormais réservé pour le dépôt des ordures de la ville.

Herbes sauvages, objets en carton et en plastique, canettes vides de soda et de bière, odeur pestilentielle d’excréments humains, œuvre de jeunes badauds qui transforment cette place jour et nuit en leur demeure à ciel ouvert, nous indique un vieil homme, constituent tristement le décor de la place Pétion à quelque cinq jours de la nativité.

Pourtant, cette place insalubre placée dans le voisinage du Palais national, du Musée du panthéon national haïtien (MUPANAH), du commissariat de Port-au-Prince, de la faculté d’Ethnologie, de la faculté de Droit et des Sciences économiques, bref, de l’hôpital de l’Université d’État d’Haïti, devrait être un lieu de villégiature où il fait bon vivre comme elle était jadis.

« C’est de l’insouciance et de la négligence de laisser une place, symbole de civilité et de modernité dans cet état. De quoi s’occupent-ils les responsables municipaux ? C’est dégoûtant », critique un passant qui observait comme nous, le nez retroussé, pour esquiver les mauvaises odeurs qui empestent les narines selon la direction du vent,  l’état lamentable de la place Pétion, où les jeux qu’on y plaçait pour les enfants, deviennent on ne sait quoi.

Les gouvernements qui se sont succédé ne cessent de dire vouloir orienter le pays vers la modernité. Or, l’abandon des places publiques qui s’arrangent parmi les endroits les plus sales à Port-au-Prince, ne laisse guère sentir qu’on est sur la voie de cette modernité tant prônée. Pour mieux comprendre la situation, il suffit de visiter quelques endroits de la capitale, y compris le Champ de Mars pour avoir une idée du degré de déchéance actuelle des autorités constituées.

Texte et photo : Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages