Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) condamne l'incident de Vertières

Sociéte
Typographie

Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) dit avoir appris avec consternation que le 10 novembre 2018 sur la place de Vertières, au Cap-Haïtien, des individus, guidés par le militant politique Moïse JEAN CHARLES, se sont arrogé le droit de hisser un drapeau autre que celui de la nation haïtienne.

Le RNDDH estime qu’il s’agit-là d’un acte anarchique qu’il convient de condamner avec la dernière rigueur. En effet, le drapeau, emblème national, constitue l’un des principaux symboles de l’identité de tout peuple. Sa prise ou son remplacement par un autre signifie la capture (réelle ou fictive) de l’identité qu’il représente.

Le RNDDH souligne que les différents problèmes auxquels le pays est confronté ne peuvent être résolus par le changement du bicolore national. Au contraire, l’événement du 10 novembre 2018 ne fait que fournir un autre sujet d’actualité qui, au final, n’aura pour conséquence que de détourner les regards sur les sujets liés au respect des droits civils, politiques, économiques et sociaux du peuple haïtien.

Le RNDDH rappelle que  dans tout Etat démocratique, le respect de l’emblème national est indiscutable. Si des citoyens se mettent à montrer de l’irrévérence envers leur propre drapeau, de qui peuvent-ils en exiger le respect ? 

HPN

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages