Massacre de La Saline : Les révélations de la Fondation JKL de Marie Yolène Gilles

Sociéte
Typographie

Dans un Rapport rendu public sur ce que les citoyens appellent " le massacre de la saline", l'organisation des droits humains  fondation "Je klere" de Marie Yolène Gilles révèle que plus de 15 personnes sont tuées dans le cadre d'un affrontement entre gangs armés dans ce grand bidonville au Nord Ouest de la capitale.

Le rapport souligne que ces gangs se battent pour le contrôle du grand marché de la croix des bossales dans le quartier de la Saline situé à quelques dizaines de mètres du parlement haïtien et de la primature. Mais encore, ce massacre aurait une main politique selon ce qu'a revele les informations de la fondation JKL.

"Le 17 octobre 2018, le cortège du président Jovenel MOISE est agressé au Pont Rouge par des manifestants. La responsabilité est jetée sur les hommes de la Saline contrôlés par Herve Bonnet BARTHELEMY alias Bout Jean Jean et Juliot PYRAM alias Kiki, un artiste engagé, frère de Toutou" lit-on dans ce rapport.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux exaspère les citoyens de la Capitale montrant des cochons en train de manger un homme dans la zone de La saline sur des détritus. Cette video  qui fait le tour des réseaux sociaux n'a provoqué aucune réaction ni du chef du gouvernement ni du Président de la République Jovenel Moïse.

La Fondation JKL a aussi souligné l'implication de l'agent de sécurité du délégué départemental de l'Ouest, le policier Gregory ANTOINE alias ti greg accusé dans l’assassinat, pour le compte de l’actuel délégué, de l’ancien candidat à la mairie de Port-au-Prince Paul ANTOINE, alias Ti Koton et Benoit MICHEL, alias POUCHON le 8 octobre 2014 ; ce dernier aurait pris la tête de plus de deux cents hommes armés le 13 novembre 2018 et réalisé son massacre dans ce vaste bidonville.

Ce rapport a aussi révélé que "Les rumeurs ont circulé à la Saline qu’avant le 18 novembre 2018 les groupes chassés de la Saline en 2013, appelés Nèg deyò yo devaient chasser le groupe de Bout Jean Jean appelé Nèg anndan yo. Le 1er novembre 2018, pendant que Kiki et Bout Jean Jean faisaient une distribution d’argent (des billets de 250 G et de 100 G) à des nécessiteux dans le corridor de la Fondation Jèn Kore Jèn, quatre individus identifiés comme Nèg Chabon (Nèg deyò yo) ont ouvert le feu. Juliot PYRAM alias Kiki est tué sur le coup, et Herve Bonnet BARTHELEMY alias Bout Jean Jean est blessé. Un des agresseurs est aussi blessé. Il s’agit de Ti Pablo ainsi connu.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages