Dernieres Nouvelles

 

 

A l’occasion de la Journée Internationale d’Actions pour la Santé des Femmes, le 28 mai, les Nations Unies appellent à la poursuite des efforts pour l’accès des femmes à des services de santé de qualité. L'heure est à l'action lorsqu'on considère les indicateurs sur la santé des femmes notamment la santé sexuelle et reproductive en Haïti fournis par EMMUS VI (2017). En effet, le pays a le taux de mortalité maternelle le plus élevé de la région des Caraïbes, soit 529 décès pour des causes dues à la grossesse sur chaque 100 000 naissances vivantes.        

 

                                                              

La pandémie COVID-19 vient exacerber le problème d'accès aux soins de santé des femmes. Alors que toutes les attentions sont concentrées sur la prise en charge des personnes atteintes du Coronavirus, les femmes en proie à d’autres maladies tel le cancer du col de l'utérus et du sein, la fistule, le VIH/SIDA, l’hypertension, le diabète continuent de réclamer des soins appropriés.

 

 

La situation est encore plus grave lorsque l’on constate la fermeture des centres qui offrent gratuitement les services pré et postnataux aux femmes n’ayant pas la capacité économique de payer ces types de soins, ceci par crainte de contamination à la COVID-19. Ce fait tend à compliquer la situation de certaines femmes, qui en raison du ralentissement drastique des activités économiques ne peuvent plus se payer certains services de santé. D’où l’importance pour les femmes enceintes d’avoir accès à des services de santé abordables et de qualité offerts par des professionnels de la santé notamment les sages-femmes.

 

 

A cause des restrictions de mouvement et les pressions économiques et sociales afférentes à la COVID-19, le taux de violences faites aux femmes ne cessent d’augmenter. Au regard de cette tendance,  Les Nations-unies exhortent à une prise en compte des risques de violence domestique pour les femmes dans le plan d’action contre la COVID-19.  

 

 

 Les Nations-Unies saluent le travail de toutes les femmes qui interviennent dans le domaine de la santé - médecins, infirmières et sages-femmes - et qui sont fortement mobilisées aux côtés des autres professionnels de santé pour la continuité des services, notamment de santé sexuelle et reproductive, maternelle et néonatale.  Représentant 70% du personnel de santé dans le monde, elles sont au cœur des efforts de soins et d'intervention en cours pour faire face à cette pandémie.

 

Au-delà de la Journée Internationale d’Actions pour la Santé des Femmes, les Nations Unies en Haïti continueront d’appuyer l’Etat haïtien dans ses efforts visant à garantir l’accès des femmes à des services de santé de qualité afin de s’assurer de la réalisation des droits et des choix de chaque femme et fille haïtienne, dans le respect et la dignité.     

 

Source : UNFPA, Nations Unies                                                                        

 

 

 

 « S’occuper de la santé des femmes, c’est assurer l’exercice de leurs droits à la santé et ça sauve des vies », a rapporté le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP-Haïti) dans un communiqué paru le 11 mai 2020.

 

En Haïti chaque année, rapporte l’instance onusienne, environ 300 000 naissances sont attendues, dont plus de 75 000 entre le mois d’Avril et Juin 2020. Dans ce sens, l'instance onusienne croit important d'assurer la continuité de l’offre de soins aux femmes tant au niveau institutionnel que communautaire dans un environnement où les nouvelles mesures de prévention vont devoir générer des ajustements et de réorganiser les services (adaptation des services prénataux) en appliquant des modalités alternatives de prise en charge (consultations par téléphone par exemple) et en accentuant les interventions communautaires.

 

Selon des estimations de l’institut Guttermarcher, chaque diminution de 10% de l’accès aux services de santé maternelle, néonatale et reproductive entraînerait 1,7 million de complications obstétricales, 2,6 millions de complications néonatales, 28000 décès maternels et 168000 décès néonataux additionnels dans le monde.

 

Par ailleurs, les nations-unies et les autorités haïtiennes informent que les sages-femmes d’Haïti se mobilisent pour supporter les femmes enceintes pendant la pandémie. Cette crise generee par la Covid 19 a tendance à écarter les autres services notamment les soins néonataux.

 

Une formation sur la continuité des services dans le contexte COVID-19 à l’intention des sages-femmes et responsables de santé reproductive au niveau des dix départements du pays a lieu à Port-au-Prince selon ce qu'a appris l'agence en ligne. « Les sages-femmes auront à répliquer cette formation dans les institutions où elles travaillent au niveau des départements en coordination avec les directions », précise le communiqué.

 

Godson LUBRUN

 

 

 

 

 

Pour une deuxième fois, des dizaines d’employés du réseau ambulancier du Centre Ambulancier National (CAN) ont manifesté dans les rues de la cité de l’indépendance, ce mardi 28 avril 2020, a appris la rédaction de HPN.

 

 

 

Les protestataires revendiquent le paiement de neuf (9) mois d’arriérés de salaire dus par l’administration. Très en colère, ils ont saccagé un espace réservé à la prise en charge des patients mis en quarantaine dans le cadre de la gestion de la pandémie de coronavirus. Les lits, bureaux et chaises de ce centre ont été renversés.

 

 

 

Contacté par la rédaction de Haïti Press Network, le directeur du Centre Ambulancier National (CAN), Didié Hérold Louis a confirmé que le dossier de ces employés était actuellement en traitement à la Primature.

 

 

 

Bénéficiant de lettres d’affectation de l’État, précise Didié Hérold Louis, ces employés engagés depuis juillet 2019 attendent une lettre de nomination.

 

 

 

Depuis juillet 2019, 89 personnes dont des chauffeurs, infirmières, secouristes et douze (12) membres administratifs font partie du réseau ambulancier de l’Artibonite. Ils ont été recrutés par le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP).

 

 

Dans une circulaire portant la signature du titulaire du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet, le MENFP a informé à HPN de la création du Comité d’évaluation des dossiers de candidature pour le recrutement de l’Agent-partenaire de l’ESPIG. 

Lire la suite...

Après ces deux scénarios, 3 août ou 1er septembre prévus par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), pour la reprise des activités scolaires, interrompues à cause de la crise sanitaire, un troisième plan n’est pas écarté. Ce, dépendamment de l’évolution de la pandémie Covid-19 dans le pays, a fait savoir le ministre Pierre Josué Agénor Cadet, dans le cadre d’un Forum virtuel réunissant près d’une centaine d’acteurs impliqués dans le secteur éducatif, a constaté Haiti Press Network.   

Lire la suite...

Le Secrétaire d’État à l’alphabétisation, Hervé Saintilus a, en conférence de presse, ce jeudi 28 mai, fait le point sur un ensemble d’activités entreprises durant ses deux mois et quelques semaines à la tête de la Secrétairerie d’État à l’alphabétisation (SEA). Il a aussi présenté les perspectives pour les mois à venir, notamment des actions qu'il aura à mener sur le terrain afin de toucher plus de 40% de gens ne sachant ni lire ni écrire. Il a dévoilé un Plan d’actions fixé sur six mois, allant d’avril à septembre 2020, constate Haiti Press Network.

Lire la suite...

Il est coutume chez nous en Haïti de débuter l'année avec une bonne soupe au giraumon. Symbole de notre indépendance du 1er janvier 1804, la soupe au giraumon est plus connue dans notre pays sous le nom de Soup Joumou. Qu'on la prépare soi-même ou qu'on aille la déguster chez des parents, voisins et amis, pas question pour les haïtiens d'ici et d'ailleurs de rater la fameuse soupe joumou sous aucun prétexte ce 1er janvier. Tout en vous souhaitant nos vœux les meilleurs pour l'année 2017, HPN vous propose la recette de la Soupe au Giraumon/ Soup Joumou.

Lire la suite...

Connu sous le nom de Malanga en Haïti, le chou dur est un légume d’Amérique du Sud. Le chou dur (malanga) est l’un des aliments les moins allergéniques. Riches en fibres, potassium, hydrate de carbone, glucides, il  aide à contrôler la pression artérielle, aide à maintenir les niveaux de sucre dans le sang, contribue à améliorer la constipation et réduit le risque de maladie cardiaque. 

Lire la suite...

La tomate est un légume-fruit important pour la santé. Consommée crue ou cuite, en plus d’apporter un peu de couleur rouge à nos plats, la tomate apporte également de l’énergie à notre corps. Cet aliment sain, rafraîchissant, peut être mangé chaque jour.   

Lire la suite...

La République d'Haïti a fait l'émerveillement des barbadiens, des internautes du monde entier, notamment, de tous ceux qui suivaient le défilé qu'a organisé la Barbade, dimanche 21 Août, à l'occasion de l'ouverture officielle de la 13è édition du plus grand événement interculturel régional, Carifesta, réunissant les pays membres du Marché Commun de la Caraïbe (CARICOM).

"Parade citoyenne", c'est le nom de la présentation qu'Haïti a exposée sur le parcours. Une idée du Directeur Artistique de l'événement, Erol Josué, aussi Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie d'Haïti (BNE).

Mais à côté de tout ce succès, il y a la main de l'humble styliste et modiste haïtienne, Arnelle Laguerre.

Née le 17 avril 1962, à Jérémie, dans le Département de la Grand'Anse, Arnelle Laguerre a fait la haute couture et travaille dans ce domaine depuis plus de 25 ans.

Sans trop le dire, elle a déjà habillé beaucoup de personnalités haïtiennes et d'artistes de renommée internationale, jusqu'à vêtir des familles présidentielles et des membres de Gouvernements.

"J'ai habillé l'ancienne première-Dame haïtienne de la République, Sophia Martelly, pendant 4 ans. J'ai fait des costumes de circonstances pour l'ancien Président Michel Martelly, notamment, pour le bal des reines organisé dans le Nord du pays, au Palais Sans Souci, à l'occasion du Carnaval tenu au Cap-Haïtien.", a confié Arnelle Laguerre, discrète, sans vouloir citer les noms des grandes familles de la Capitale qu'elle a déjà costumées.

"C'est avec un grand plaisir que j'ai répondu à l'invitation de l'Artiste, Érol Josué, pour confectionner ces costumes symbolisant les différentes périodes de l'histoire d'Haïti", a dit Arnelle Laguerre, expliquant qu'elle a fait de son mieux pour représenter les diverses périodes haïtiennes.

De la robe de la Reine Anacaona, pionnière du leadership féminin de la terre d'Haïti Quisqueya ou Boyo, la perle des Antilles, en passant par les costumes des Généraux, héros de la guerre de l'Indépendance d'Haïti, tout a été confectionné sur mesure afin de vendre la culture du pays aux étrangers et de faire la promotion du patrimoine culturel et de susciter la curiosité des touristes", a expliqué Mme Laguerre.

"J'ai voulu, par ces costumes, faire la promotion d'Haïti et présenter la culture nationale au monde entier. C'est la satisfaction des Haïtiens et l'effet que tout cela fait à l'étranger qui me rendent heureuse", a confié Arnelle Laguerre.

Notons qu'Arnelle Laguerre a été honorée par la Première-Dame haïtienne, Martine Moïse, et le Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie (BNE),  Érol Josué, en reconnaissance de ses œuvres.

Jean Jul Désauguste
HPN, depuis Barbade

Haïti a marqué les esprits lors de la parade artistique marquant l’ouverture officielle de la 13ème édition de la plus grande manifestation interculturelle de la Caraïbe, dimanche 20 Août 2017, à la Barbade. C'est avec une "parade citoyenne" relatant toute l'histoire d'Haïti que le pays s'est fait représenter au défilé officiel de l'événement.

Une palette de stars, d'artistes de génie, de danseurs, de chanteurs à talents et en herbes et de personnalités publiques haitiennes, a composé le défilé d'Haïti qui a fait revivre toutes les périodes ayant jalonné l’évolution du premier peuple noir à proclamer son indépendance le premier Janvier 1804.

De l'âge des  taïnos, au triomphe des Généraux les plus légendaires de l'histoire militaire de l'humanité, jusqu'à la nation nègre, effrontée, maître du rythme et aussi têtue que le soleil, Haïti a brillé de mille feux à la parade internationale de Carifesta 2017, à la Barbade.

Ce que les officiels Barbadiens n'ont pas manqué de souligner à vive voix, lors de leurs interventions en la circonstance.

La participation d'Haïti à cette manifestation culturelle de portée régionale et internationale vient réaffirmer l'imagination créatrice de nos artistes et créateurs de génie et confirmer la dimension expressive de notre art et de notre culture.

Au cours de la même soirée des cérémonies officielles d’ouverture, le quartier touristique d’Oistin’s Park avait rendez-vous avec le ténor Haïtien de la Musique Racine, Boukman Eksperyans. La bande à Lòlò et Manzè a bien assuré, comme d'habitude.

Ces illustres spectateurs, notamment le Premier Ministre Barbadien, Freundel Stuart; le Secrétaire Général du CARICOM, Irwin Laroque et l’écrivaine américaine d’origine haïtienne, Edwige Danticat, se sont bien régalés de la performance d’une heure et demie du groupe haïtien.

Rappelons que la 12e édition de Carifesta a été organisée en Haïti, en Août 2015 et l'édition de cette année se déroule à la Barbade du 17 au 29 Août.

Jean Jul Désauguste
Hpn, depuis Barbade

Les entreprises juvéniles spécialisées dans la mode sont peu courantes dans le pays. Comme pour défier cette tendance, Calubu  Collections, depuis quatre années s’initient dans la mode en confectionnant des objets de tout genre. Nombreux sont ceux qui portent ces derniers jours les créations de Calubu.

Lire la suite...

 

 

 

Un camion contenant trois cents (300) sacs de riz de dix kilogrammes a été confié le 12 février 2020 à un leader communautaire en prélude à la préparation d'une distribution qui devrait avoir lieu à Lilavois 29 en plaine, au profit de la population nécessiteuse dans le cadre du projet "Panye Solidarite".

 

 

Malheureusement, ce camion rempli de riz a été intercepté pour sa commercialisation au marché "la bastille" de Mirebalais, ont annoncé jeudi les responsables du Fonds d’Assistance Economique et Sociale dans un communiqué.

 

 

Informé de la situation, le bureau régional du FAES dans le département du Centre a alerté les autorités policières et judiciaires qui se sont rendues sur les lieux pour faire le constat légal. Quatre personnes ont été interpellées et le dossier a été transféré au Parquet de la juridiction pour les suites nécessaires, a-t-on appris.

 

 

 

Le FAES encourage la population haïtienne en général et les bénéficiaires du Programme "Kore Pèp" en particulier à dénoncer tout cas similaire dont ils auraient connaissance pour ne pas se faire complice de tels agissements.

 

 

 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

Des centaines de personnes habillées en couleur blanche ont marché pacifiquement dimanche dans les rues de Port-au-Prince pour dénoncer le viol perpétré contre des étudiantes qui revenaient des cours dans un quartier de la capitale, ont constaté des reporters de Haiti Press Network.

 

Le défilé a été organisé par des organisations de féministes qui se sont dit outrées par les violences subies par les femmes dans le pays et notamment les viols qui se sont multipliés ces dernières semaines ciblant des jeunes femmes.

 

« Il faut rompre le silence et dénoncer ces actes odieux », ont dénoncé les participants qui ont appelé la justice à faire son travail.

 

Les participants à la marche ont circulé dans plusieurs rues de la ville scandant des slogans contre la violence et le viol dont sont victimes des femmes.

 



Au moins trois personnes ont été blessées vendredi lors du braquage d’une succursale de la caisse populaire FONKOZE à Gros-Morne, dans le département de l’Artibonite. Les bandits ont tout emporté sur leur passage avant de prendre la fuite. Trois employés de l’institution ont été interpellés.

La police de Gros-Mors a interpellé 3 individus après le cambriolage d’une succursale de la caisse populaire FONKOZE dans cette ville du département de l’Artibonite. Il s’agit de deux agents de sécurité de l’institution ainsi que son responsable de développement.

L’attaque, perpétrée par plusieurs bandits armés, a également fait trois blessés parmi les employés. Avant de prendre la fuite, les malfrats ont tout emporté sur leur passage: argent et autres objets de valeurs dont des téléphones portables des clients et membres du personnel.

Ils ont échangé des tirs avec une patrouille de police au moment de fuir, selon ce que rapporte un témoin faisant état d’impacts de projectiles sur la voiture de police et les murs de maisons aux alentours.

 

 

 

 

 

 

 

Les journalistes détenteurs d’une carte de presse peuvent désormais circuler après huit heures du soir. Cette disposition prise cette par l'administration Moïse-Jouthe en Conseil des Ministres après plusieurs altercation survenues entre policiers et des journalistes qui travaillaient après 8h du soir.

 

 

 

En effet, dans un décret en date du 21 mai 2020, le gouvernement a rectifié le tir en rétablissant le droit des travailleurs de la presse qui " font partie des catégories professionnelles pouvant circuler librement aux heures de couvre-feu, comme c’est le cas pour les médecins, par exemple.

 

 

 

Un ouf de soulagement pour le secrétaire général de SOS journaliste, Guyler C. Delva, qui avait jugé cette décision gouvernementale "arbitraire et inconstitutionnelle.

 

 

 

“Le conflit n’était pas nécessaire. Nous recherchons de préférence l’harmonie, afin de lutter ensemble contre la pandémie de Covid-19”, a souligné celui qui s'érige en défenseur des journalistes.

 

 

 

Toutefois dans ce décret, le gouvernement prévient que " le couvre-feu est maintenu de 8h PM à 5h AM. Tout contrevenant encourt une amende de 3000 gourdes, cinq jours d’emprisonnement et 15 jours de travail d’intérêt général à déterminer par le Conseil municipal ”.

 

 

 

 

 

 

Le secrétaire général de l'association SOS Journalistes s'est adressé au chef du gouvernement dans une lettre ouverte rendue publiée mardi en vue de demander la levée  des mesures relatives à l'exigence faite aux journalistes d'avoir une autorisation du gouvernement afin d'exercer pleinement et librement leur profession à l'heure du couvre-feu. Des dispositions fustigées par de nombreuses associations de journalistes et de médias à travers tout le pays, selon Guyler C. Delva qui souligne qu'une telle mesure pourrait  empirer les choses.

 

 

Les cartes de presse délivrées par les médias suffisent amplement pour identifier les journalistes, soutient M Delva. Néanmoins, l'ancien ministre de la culture et de la communication dit comprendre l'inquiétude du gouvernement par rapport à l'usage abusif de fausses cartes de presse par certains individus malintentionnés. Il affirme également que des associations du secteur entament déjà des consultations en vue de proposer une solution alternative tout en soulignant qu'effectivement une kyrielle de fausses cartes concernant plusieurs corps de métier circulent impunément.

 

 

Dans la correspondance, M Delva attire aussi l'attention du Premier Ministre Joseph Jouthe sur une éventuelle violation de l'article 28-1 de la constitution en vigueur. Outre cela, il a mis l'accent sur les différentes altercations survenues entre des agents des forces de l'ordre et certains travailleurs de presse qui constituent une raison valable pour annuler ces mesures restrictives prises en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus.

 

 

Marvens Pierre

 

 

 

 

 

Une journaliste Mona Jeanty rédactrice à l’agence en ligne Maguy News aurait été grièvement blessée par balles mercredi dans le quartier de Grand-Ravine où elle était partie en reportage avec un groupe de confrères de plusieurs médias en ligne, a appris Haïti Press Network.

 

On ignore dans quel état se trouve la journaliste, si elle a été conduite dans un hôpital. HPN n’a pas pu obtenir des précisions sur les circonstances dans lesquelles la journaliste a été blessée dans le quartier de Grand-Ravine où des affrontements meurtriers sont chaque jour enregistrés entre gangs rivaux faisant parfois des victimes au sein de la population.

 

 

 

Ce que l’on sait pour l’instant c’est que les autres journalistes retenus par des hommes en arme ont pu finalement quitter les lieux.

 

 

 

Selon les informations fournies par des sources proches, certains des confrères au nombre de sept (7) etaient séquestrés par des gangs rivaux en sortant du reportage.

 

 

 

Un dossier que la rédaction suit actuellement pour de plus amples détails.

 

 

 

Même si elle a commencé plus tôt cette année avec la naissance de deux tempêtes tropicales au mois de mai, ce lundi 1er juin marque officiellement le début de la saison cyclonique 2020 sur le bassin Atlantique. Cette saison qui frappe à nos portes et qui nous dira au revoir le 30 novembre prochain, risque d’être très mouvementée. Au moins 15 phénomènes liés aux aléas de la nature sont annoncés. Parmi eux, 8 ouragans, d’après les spécialistes en météorologie. 

Lire la suite...

 

 

Ce Séisme de 4.8 sur l'echelle de Richter a été ressenti ce dimanche matin vers 3h45 heures non loin de la Morne la vigie, une zone volcanique située à 23 kilomètres de la ville du Cap Haïtien. Cette information a été publiée vers 7 heures par le Centre de recherche et d'étude de tremblement de terre aux Etats unis et du centre Allemand de recherche en géosciences.

 

 

Ce Séisme a crée la panique dans la ville touristique du cap Haïtien. Des riverains ont dû passer le reste de la nuit sur une place publique de la ville. Aucun dégât n'a été enregistré pour l'instant selon le bureau de la Protection civile dans le Nord. Ce Séisme de magnitude 4.8 a été ressentie dans les villes environnantes jusque dans le haut Artibonite.

 

HPN

 

 

 

Le ministère de l’Environnement est en train de mener une opération dans des zones dotées encore d’espaces verts, notamment à  Forêt des pins et au parc La visite en vue de maintenir la pression, pour des raisons de survie, sur tous ceux  qui s'attaquent  aux réserves protégées de la République, a informé le ministre Abner Septembre qui intervenait, lundi 25 mai 2020, sur les ondes de radio Magik 9. Le ministre a fait savoir que des individus s'adonnent de manière  systématique au déboisement de ces aires protégées.

Lire la suite...

 

 

 

 

Environ 24h après le décès du responsable de la Direction Centrale de la Police Routière (DCPR), Carmel Florent, un nouveau mort est enregistré dans les rangs de la Police Nationale d'Haïti (PNH). Il s'agit de Joel Gentillon qui était en charge du Corps d'Intervention pour le Maintien d'Ordre (CIMO). Après un malaise, M. Gentillon a été transporté d'urgence à l’hôpital pour des soins nécessaires, il a rendu l'âme quelques minutes plus tard.  

 

 

Les circonstances entourant le départ de ce haut gradé de la PNH ne sont pas toutes élucidées. Il  serait décédé des suites d'un malaise.  Aucune information pour le moment n'a fait un quelconque rapprochement au Coronavirus dans le cas du Commandant du CIMO. Toutefois, l'autopsie du corps est attendu pour connaitre les vraies raisons de ce décès inattendu. 

 

 

Plusieurs membres de la PNH sont décédés ces derniers jours selon des sources proches de l'institution policière.

 

 
 
Quelques heures après que la foudre ait  incendié  environ sept véhicules dont un yatch au port maritime de Saint -Marc, aucune disposition n'a été prise pour protéger les autres véhicules garés à la belle étoile.
 
 
 
 
Le jeudi 28 mai 2020, une brigade de la police scientifique était sur les lieux pour évaluer les dégâts et comprendre l'ampleur de ce qui s'était passé. La brigade a interrogé le Directeur du Port et quelques employés. Pour le moment aucune information n'a fuité sur l'évaluation des coûts estimatifs des pertes.
 

 

L’incident est survenu au moment où des pluies diluviennes continuent de tomber depuis deux jours sur le bas Artibonite, une région  peuplée de plus de 410,000 habitants sur une superficie de 594 kilomètres carrés.

 

 

 

 

 

Le Bureau du Secrétaire d'État à l'Intégration des Personnes Handicapées a condamné mercredi un incendie qui a touché un camp habité par des personnes vivant avec un handicap dans le quartier Delmas (zone piste).

 

 

Dans une note de presse postée sur son compte officiel, le BBSEIPH, dit prendre acte de l'incendie du Camp La Piste où vivent plusieurs dizaines de personnes vivant avec des déficiences physiques. "Cette situation menace et met en danger la vie des gens et de leurs familles", écrit le BSEIPH.

 

 

 

En condamnant toutes les formes de violences d'où qu'elles viennent, le Bureau se dit déjà mobiliser afin de gérer cette situation en analysant les réponses possibles dans le but d'envisager l'amélioration des conditions de vie des gens du Camp La Piste déjà difficiles.

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages