Haïti-politique : La brève arrestation de l’ex sénateur Nenel Cassy a apporté de l’eau au moulin de l’opposition

Politique
Typographie

 

 

Les représentants de nombreux partis politiques de l’Opposition dont Pitit Desalin promettent d’occuper les rues de façon ininterrompue, et ce, jusqu’à la date fatidique du 7 février 2021. Alors qu’ils demandent à leurs partisans de bloquer le pays et de démarrer le « déchoucage », ils en ont profité pour dénoncer l’arrestation de l’ancien sénateur Nenel Cassy, lors de la conférence organisée ce vendredi.

 

L’opposition se prépare sur le plan administratif à installer un gouvernement de transition à partir du 7 février prochain, selon le Dr Schiller Louidor qui est convaincu que les mouvements de rues vont aboutir au renversement de l’équipe au pouvoir. La Direction Politique de l’opposition Démocratique (DIRPOD), le Secteur Démocratique et Populaire et les autres structures formant la coalition lançant le dernier assaut contre Jovenel Moïse sont désormais prêts à combler le vide institutionnel au lendemain du 7 février 2021, a-t-il ajouté.

 

Faisant feu de tout bois, les dirigeants de l’opposition ne veulent pas lésiner sur les moyens afin de sonner le glas du régime du PHTK. Dr Schiller Louidor demande à ses partisans d’agir autant que faire se peut. L’opposant politique de souche lavalassienne exige que tous les quartiers de la capitale et des villes de province soient barricadés en vue de bloquer complètement le pays. Dénonçant l’arrestation de son camarade de combat, l’ancien sénateur Nenel Cassy, Dr Louidor met en garde les policiers qui tenteront d’empêcher les manifestants de faire passer leurs revendications.

 

« Nous devons profiter de la mobilisation pour mettre fin au phénomène du kidnapping et ce avant le 7 février 2021. », a-t-il martelé en s’adressant aux dizaines de militants qui accompagnaient les leaders de l’Opposition.

 

Entre division et réconciliation, l’image de l’opposition fractionnée est loin de s’estomper. Néanmoins, l’arrestation de l’ancien parlementaire jeudi a permis une levée de boucliers aidant au rapprochement de certains dirigeants de l’opposition. Tandis que le parti politique Pitit Desalin se démarque habituellement de la direction politique de l’opposition et du Secteur Démocratique et Populaire par la voix de son leader national, Jean-Charles Moïse, ce 22 janvier, le Dr Gracia Jean-Charles, un représentant de ce parti affirme le contraire.

« Aujourd’hui, les membres de Pitit Desalin discutent, s’allient aux autres responsables des structures de l’Opposition pour dire non à ce système pourri. Nous ne faisons plus qu’un pour renverser Jovenel Moïse du pouvoir au plus tard le 7 février 2021 », persiste Dr Gracia Jean-Charles.

 

Tout se joue autour du 7 février 2021. Pendant que le Pouvoir en place se focalise sur l’organisation du référendum et des prochaines élections, les opposants ne veulent pas lésiner sur les moyens pour installer un gouvernement provisoire à la date indiquée.

 

L’arrestation de l’ancien sénateur Nenel Cassy a apporté de l’eau au moulin de la mobilisation, d’après certains leaders de l’opposition. Aux grands maux les grands remèdes, menace Dr Louidor qui demande à ses partisans de fermer le pays. Le déchoucage est devenu le maître-mot des dirigeants de l’Opposition qui jurent de déloger Jovenel Moïse du Palais National par tous les moyens. Alors qu’ils sensibilisent les militants, l’ombre de l’ancien président déchu Jean-Bertrand Aristide planait sur les débats.

 

Marvens Pierre

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages