Haïti-Politique: Quand la mort de l'Empereur Jean Jacques Dessalines divise l'opposition politique

Politique
Typographie

 

 
 
A quelques jours de la commémoration du  214ème anniversaire de la mort de l'Empereur Jean Jacques Dessalines le Grand, le secteur démocratique et populaire est à couteaux tirés avec l'ancien sénateur du Nord, Jean Charles Moïse sur sa participation éventuelle à la manifestation politique programmée le 17 octobre 2020, contre le pouvoir en place.
 
 
Pour le leader de Pitit Dessalines, son ancien collègue au Sénat, Nenel Cassy ne l'a pas contacté pour une quelconque manifestation et comprend très mal que ce dernier, affirme haut et fort, qu'il confirme le natif de Milot, au rendez-vous du 17 octobre prochain sur le macadam.
 
 
Ce refus de Jean Charles Moïse de s'associer aux membres du secteur démocratique et populaire, crée un froid, au point que son bon ami, l'ex-maire de la Croix des bouquets, Rony Colin, critique sévèrement l'ancien sénateur Moïse arguant que ce n'est pas le moment de créer la discorde face au pouvoir, qu'ils veulent à tout prix, déchouquer avant la fin du  mandat de Jovenel Moïse.
 
 
Dans l'intervalle, des préparatifs seraient en cours par l'Exécutif, pour le dépôt d'une gerbe de fleurs au pied de la statue du Père de la Nation, au Pont- Rouge. Le Président Jovenel Moïse décide cette année, de se rendre au carrefour de l'aviation civile, pour montrer à l'international qu'il a le contrôle de la situation politique et aussi vénérer la mémoire de ce vaillant guerrier qui a su rassembler tous les fils du pays, pour fonder la patrie, encore meurtrie aujourd'hui.
 
 
La date du 17 octobre reste un défi pour le pouvoir et l'opposition, chacun de son côté, va tester sa force de combat aux yeux de la Communauté internationale comme principal arbitre ou observateur. 
 
 
Yves Paul LEANDRE 
 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages