Haïti-Politique : Échéance du mandat présidentiel, pour ou contre 2021!

Politique
Typographie

En pleine progression de la propagation de la Covid-19 dans le pays, un débat s’enflamme à travers les médias autour de l’échéance du mandat présidentiel. Des citoyens plaident en faveur du départ du président Jovenel Moïse au pouvoir le 7 février 2021 pour le respect historique de la Constitution; d’autres, parlant du respect de l’année électorale, réclament la fin du mandat du président le 7 février 2022. Entre temps, dans la peur du coronavirus, la majorité de la population dans l’expectative, nage, dans le flou du débat, constate Haiti Press Network.

Des observateurs parlant de « l’année électorale », suivant la Constitution, estiment que le chef de l’État, élu le 3 janvier 2017 et intronisé le 7 février de la même année, devra normalement quitter le pouvoir le 7 février 2022 pour accomplir ses 5 ans.

Un autre groupe de personnes pense qu’au regard du démarrage de l’ère historique constitutionnelle du 7 février 1991, le chef de l’État actuel doit, selon le principe, laisser sa place à un autre occupant du Palais national le 7 février 2021. Question de rester dans l’esprit de la Loi mère, avancent-ils.

Pour étayer et alimenter le débat, intervenant sur les ondes d’une station de radio de la capitale, l’ancien député de la circonscription de Saint-Marc, Samuel D’Haïti a fait valoir l’argument du respect de la Constitution qui, laisse-t-il comprendre, oblige des députés et des sénateurs élus respectivement pour 4 ans et 6 ans, à quitter le Parlement avant la date de l’échéance de leur mandat. Une façon pour l’ex-parlementaire, de soutenir, les argumentaires de ceux et celles qui pressent le président Jovenel Moïse à respecter la Constitution en quittant le pouvoir en 2021.     

Voyant les choses autrement par rapport aux conditions d'existence actuelles, pour certains autres citoyens, que le président reste pour 2021 ou 2022, ce débat n’a aucune importance dans ce contexte socio-économique précaire où en 3 ans d’exercice du pouvoir de M. Moïse, une très grande partie de la population est appauvrie avec le coût de la vie doublé et les prix des produits triplés, pendant que la minorité qui travaille perçoit toujours le même salaire, souligne un journaliste.

« Logiquement, un mandat doit avoir une date et un contenu. Que le chef de l’État reste au pouvoir pour 2021 ou 2022 ; à quoi ça sert ? Quel est le contenu de son mandat ? Rendre la population plus pauvre que jamais, avec 100 dollars américains aujourd’hui pour 10 630 gourdes », s’interroge perplexe un jeune étudiant en diplomatie qui émet son opinion.   

Un leader d'opinion analysant la situation actuelle, juge qu'il n’y a aujourd’hui que deux groupes de personnes qui sont économiquement à l’aise dans le pays: ceux qui font partie du pouvoir ayant des privilèges et qui empochent de l’argent dans de mauvaises conditions et un groupuscule du secteur privé des affaires qui vend des produits importés, incontournables dans la vie quotidienne de la population.

Par ailleurs, dans l’antre de ce débat un peu complexe et flou, avec une totale incohérence, dans ce contexte de crise sanitaire liée au nouveau coronavirus, la population persiste aussi dans sa méfiance au pouvoir de transition qui, généralement, pense plus d’un, n’a jamais rien apporté de positif au pays.

Pendant que cette polémique autour de l’échéance du mandat présidentiel non encore juridiquement élucidée, reste ouverte, des membres de l’opposition, continuent de demander au locataire du Palais national de quitter le pouvoir avant même le 7 février 2021 pour éviter le chaos au pays.

Dans la mêlée, le chef de l’État, en tant que garant de la bonne marche des institutions, s’apprête sous peu, à mettre fin au mandat des élus locaux, notamment les maires, dont le mandat arrive à termes. Ces élus vont être remplacés par des cartels provisoires nommés par le président qui s’accroche pourtant lui, au respect de son quinquennat.   

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

 

HPN Sondages