Haïti-insécurité : Situation de panique au champ de mars, mercredi

Politique
Typographie

 

 

 

À l’occasion d’un mouvement de protestation d’une dizaine d’étudiants contre la montée inquiétante de l’insécurité et des enlèvements qui se multiplient dans la région métropolitaine de Port au Prince. Certains protestataires ont saccagé des estrades en construction pour les festivités carnavalesques et cassés les pares brises de plusieurs véhicules.

 

Ce mouvement de protestation des étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti a débuté devant le palais national par un concert de casserole, comme prévu à midi tapant. Les protestataires entendaient dénoncer la recrudescence de la criminalité des enlèvements perpétrés dans la capitale.

 

Révoltés par le niveau actuel notamment du Kidnapping, les protestataires fustige l’attitude du président Jovenel Moise et certains parlementaires, selon eux, qui ont contribué à la détérioration de la situation.

 

Au moment où les manifestants prenaient la direction de la rue Capois, certains d’entre eux ont saccagé des stands en construction dans le cadre des préparatifs pour les activités carnavalesques. « Nou pa nan kanaval, se sekirite nou bezwen », ont-ils lancé.

 

Ils ont ensuite cassé les pares brises de plusieurs véhicules dont un mini bus des services de l’état et lancé des pierres sur les forces de l’ordre qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes.

 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

 

pecdo55@gmail.com

 

 

 

 

 

 

À l’occasion d’un mouvement de protestation d’une dizaine d’étudiants contre la montée inquiétante de l’insécurité et des enlèvements qui se multiplient dans la région métropolitaine de Port au Prince. Certains protestataires ont saccagé des estrades en construction pour les festivités carnavalesques et cassés les pares brises de plusieurs véhicules.

 

Ce mouvement de protestation des étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti a débuté devant le palais national par un concert de casserole, comme prévu à midi tapant. Les protestataires entendaient dénoncer la recrudescence de la criminalité des enlèvements perpétrés dans la capitale.

 

Révoltés par le niveau actuel notamment du Kidnapping, les protestataires fustige l’attitude du président Jovenel Moise et certains parlementaires, selon eux, qui ont contribué à la détérioration de la situation.

 

Au moment où les manifestants prenaient la direction de la rue Capois, certains d’entre eux ont saccagé des stands en construction dans le cadre des préparatifs pour les activités carnavalesques. « Nou pa nan kanaval, se sekirite nou bezwen », ont-ils lancé.

 

Ils ont ensuite cassé les pares brises de plusieurs véhicules dont un mini bus des services de l’état et lancé des pierres sur les forces de l’ordre qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes.

 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages