Haïti-USA : « pas nécessaire d’envoyer des casques bleus en Haïti », Emmanuela Douyon

Politique
Typographie

 

 

 

Répondant aux questions des membres du sous-comité du congrès américain, Emmanuela Douyon, Pierre Esperance et Madame Hermatin (diaspora) ont clairement fait remarquer qu’Haïti n’avait pas besoin actuellement d’une force des Nations-Unies.

 

 

 

« Ce qu’il faut aujourd’hui est le renforcement de la police nationale avec les moyens nécessaires pour assurer la sécurité des Haïtiens », a déclaré Pierre Esperance ajoutant que le pays n’avait pas besoin d’une armée.

 

 

 

Espérance et Douyon ont simultanément regretté la faiblesse du système judiciaire pris en otage par les autorités.

 

 

 

« Nous souhaitons un procès sur l’utilisation des fonds de PetroCaribe, mais ce président qui est impliqué ainsi que ses proches ne veut pas faire la lumière sur ce dossier », a déclaré Emmanuela Douyon.

 

 

 

La Petrochallenger a ouvertement indiqué que le président Moise ne devrait pas terminer son mandat parce qu’il n’a pas la confiance de la population qui exige son départ. « Nous devons mettre sur pied une transition qui peut organiser le procès de PetroCaribe et créer un climat qui peut encourager d’autres personnes à aller aux élections pour avoir des dirigeants qui mettent les intérêts d’Haïti au-dessus de leurs intérêts personnels.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages