Haïti-crise : Jovenel Moise n’entend pas démissionner et critique le système

Politique
Typographie

 

 

 

 

 

Dans une intervention d’un peu plus d’une heure face à la presse, le président de la République Jovenel Moise a indiqué qu’il ne comptait pas démissionner comme le réclament de plus en plus d’Haïtiens. Il s’est au contraire attaqué au système contre lequel il dit vouloir combattre depuis deux ans et plus au pouvoir.

 

 

 

« Il serait irresponsable de ma part de démissionner », a martelé le Chef de l’État qui s’est appuyé sur son mandat constitutionnel. « Vous m’aviez confié un mandat, la constitution dit comment il prendra fin », a-t-il ajouté.

 

 

 

Jovenel Moise a rejeté l’idée d’une transition comme c’était le cas en 2004 à la chute du président Aristide. « Une nouvelle période de transition ne ferait que renforcer le système qui a la capacité de se régénérer », a-t-il indiqué. Il a du cou révélé qu’il était contre le renversement du président Aristide en 2004.

 

 

 

Il a tout au long de la conférence de presse donnée au palais national dénoncé les « héritiers du système » mécontents parce qu’il a mis à des contrats juteux qu’ils bénéficiaient pour des dizaines de millions de dollars. Ces contrats signés notamment dans l’énergie et dans les infrastructures de construction routière dans plusieurs départements ont été en ce sens révisés par son administration.

 

 

 

Selon Jovenel Moise, la crise actuelle est imputable aux ''gardiens'' et '' héritiers'' du système qui se reproduit. Ce sont eux qui seraient derrière les manifestations, selon lui.

 

 

 

Jovenel Moise a appelé de nouveau tous les acteurs et l'opposition à la table du dialogue. Il a invité les journalistes à lire la Constitution pour voir le peu de pouvoir dont dispose un président par rapport à un Premier Ministre.

 

 

Aucune date n’a été accordée par le président Moise quant à la reprise des activités scolaires malgré l’insistance des journalistes.