Haïti-Crise Politique : Jovenel Moïse acculé, pointe du doigt certains secteurs

Politique
Typographie

En conférence de presse ce mardi au palais national, le président Jovenel Moïse n'a donné aucune indication sur une éventuelle démission réclamée par la rue depuis plus de cinq semaines. Indirectement, il a plutôt pointé finalement du doigt certains secteurs qui, à son avis, empêchent à la masse populaire de divorcer aux conditions inhumaines dans lesquelles elle patauge depuis des décennies, bien que ce ne soit un secret de Polichinelle, constate Haiti Press Network.

Selon le président Jovenel Moïse, très contesté par la rue ces derniers temps, les troubles que connait le pays viendraient de ces secteurs qui, pour la plupart, ont perdu des contrats.

Le président croit fermement que ses peines à la tête du pays aujourd’hui, surviennent pour avoir coupé des contrats juteux signés durant les périodes de transition. Des contrats, insiste-t-il, paraphés sur une période de 10 ans, devant coûter près d’un milliard de dollars US à l’État haïtien; mais qui ne vont pas dans le sens des intérêts de la population. 

Sans être tout à fait clair, le chef de l’État qui dit ne pas vouloir faire aveu de son impuissance à diriger, laisse comprendre que quelques hommes d’affaires, de grosse pointure du pays, représentent le gros problème de ce système corrompu. Ces hommes tentent malheureusement, ajoute-t-il, de faire régénérer à chaque fois ce même système à travers les transitions.

« En tant que président, je n’entends pas faire de personnalité. Suivez mon regard et vous comprendrez tout de suite de qui je parle », répond le président à une question d'un journaliste, insistant sur la nécessité pour le chef de l’État d’avoir le courage de citer des noms, en vue d’éclairer la lanterne du grand public.

Le président qui informe avoir pris des décisions ayant freiné des désordres dans ce système entre l’État et des hommes du secteur des affaires, dénonce le fait que ces derniers n’envisagent qu’accaparer à eux seuls toute la richesse du pays, sans gêne aucune vis-à-vis des plus pauvres de la société.

« Comment voulez-vous qu’une seule personne de la couche des gens aisés puisse avoir 31 % en prêt d’une somme de 8 milliards de gourdes qui pourraient être distribuées en prêt au taux de 1 % à 96 mille personnes de la classe des prolétaires ? », s’interroge le président pour montrer la gravité de la situation à laquelle il fait face au pouvoir.

Toutefois, le président Jovenel Moïse n’a pas pris le soin d’expliquer par quel moyen ces bénéficiaires ont pu trouver ces largesses de l’État.

Enfin, le premier citoyen de la nation qui paraît très affecté par les secousses de la rue qu’il juge d’ailleurs légitimes, tenant compte de la situation socio-économique délétère mais aussi du climat sécuritaire précaire qui prévaut, avoue avec beaucoup d’insistance que ses tourments depuis des mois, sont les conséquences des décisions qu’il a prises de mettre fin à des dérives financières dans l’intérêt du pays.

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

             

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages