Haïti : Les dirigeants de plusieurs universités se positionnent sur la crise

Politique
Typographie

 

 

« Le pays est frappé de plein fouet par l’une des plus graves et des plus longues crises conjoncturelles de son histoire. Depuis plus d’un an, cette crise s’amplifie, s’approfondit, s’intensifie. Comme un ouragan, elle bouleverse le pays de fond en comble, emportant tout sur son passage, entravant le fonctionnement de tous les secteurs de la vie politique, socio-économique et culturelle », a constaté ce regroupement de dirigeants d’universités.

 

Selon cette entité, le bilan est lourd pour notre pauvre Haïti : le délabrement de l’appareil de production, la dé-capitalisation des entreprises, la disparition de milliers d’emplois, un déficit budgétaire de l’ordre de 30 milliards de gourdes, une inflation qui avoisine les 20% , une dépréciation monétaire qui érode le pouvoir d’achat des familles, la paralysie de nos écoles et de nos universités, sans parler de l’imminence d’une crise humanitaire et de l’émergence de foyers de confrontations armées sur tout le territoire.

 

« Les différentes mobilisations de la population, depuis plus d’un an, pour réclamer le procès Petro-Caribe, le départ du chef de l’Etat, la protection des citoyens contre les gangs armés, un autre État, une autre manière de conduire les affaires publiques, un autre modèle de développement, d’autres rapports sociaux entre les différentes composantes de la société expriment un malaise sociétal très profond. Cette demande de changement doit d’abord trouver un écho dans la conduite des affaires publiques sous le leadership de citoyens honnêtes, capables, intègres et soucieux du bien public », ont précisé les universitaires.

 

Mais elle doit aussi, plus profondément, nous interpeller dans le sens des sacrifices et des ruptures nécessaires pour établir une société plus juste, plus inclusive et, par-dessus tout, souveraine selon ces acteurs.

 

La Conférence des recteurs, présidents et dirigeants d’universités et d’institutions d’enseignement supérieur d’Haïti (CORPUHA) en appelle au courage et au sens du dépassement de soi des principaux protagonistes sur la scène politique, tant du côté des tenants du pouvoir que parmi les secteurs déclarés de l’opposition, pour laisser sans délai aux différentes forces sociales, économiques et politiques soucieuses du bien public, l’opportunité de mettre en place un gouvernement de sauvetage national, afin d’éviter au pays le spectre d’une catastrophe humanitaire, d’une confrontation armée démesurée, l’humiliation d’une nouvelle intervention étrangère et de nouvelles souffrances pour le peuple haïtien.

 

« Attentive aux besoins et problèmes de la société, préoccupée par la dégradation accélérée des conditions générales de vie de toutes les couches sociales, l’Université entend exercer pleinement sa mission de service à la collectivité pour, dans le respect de sa culture d’indépendance, et en collaboration avec les milieux éducatifs, sociaux, culturels, économiques et politiques, apporter sa contribution à l’effort collectif nécessaire pour sortir notre pays de cette impasse. La CORPUHA entend ainsi mobiliser l’expertise de ses universités membres pour coordonner de concert avec les différents secteurs organisés de la société, tout projet visant une solution heureuse, haïtienne et durable à la crise, dans le respect du besoin de justice, de liberté et de bonheur du peuple haïtien », conclut cette note signée d’une dizaine de dirigeants d’Université.

 

Godson LUBRUN
 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages